Les films de Louis de Funès en boucle à la télé: pour sa petite-fille, c’est «trop»

Les films de Louis de Funès en boucle à la télé: pour sa petite-fille, c’est «trop»
BelgaImage

Prenez un soir au hasard durant la période de confinement et il est fort à parier qu’un acteur apparaîtra à la télévision : Louis de Funès. Depuis mars dernier, pour pallier à l’impossibilité de tourner plusieurs programmes, les chaînes ont eu massivement recours aux films de cette valeur sûre du cinéma français. A chaque fois, l’audience est au rendez-vous, mais malgré cela, la famille de Funès arrive à saturation, comme le précise sa petite-fille, Julia.

Contente pour les téléspectateurs mais lassée

Invitée par « Quotidien » du fait de son travail de philosophe sur les conséquences positives et négatives du télétravail, Yann Barthès n’a cependant pas résisté à la tentation de lui poser une question sur son grand-père. « Chaque fois vous me l’évoquez », s’exclame-t-elle en souriant. « Oui mais on ne peut pas ne pas en parler, il cartonne depuis deux mois à la télé. Sur ce point, quelles leçons vous en tirez ? », demande l’animateur.

« C’est trop. Dans notre famille, mes parents, mes frères… on était tous très touchés mais à un moment, c’est trop ! Je me disais tous les dimanches "Mon dieu, encore deux", et le lundi "encore deux" », répond la petite-fille de l’acteur. Cela dit, elle modère tout de suite ses propos en pointant le côté positif de cette visibilité. « C’est super de voir qu’il a fait du bien aux Français. Il y a eu 50 millions de téléspectateurs, tous films confondus, ce qui est énorme. Evidemment que ça fait chaud au cœur, et je pense que ce qu’il a réussi à faire, sans le vouloir certainement, c’est qu’il est rentré dans le foyer des familles, qu’il est un intercesseur entre soi et soi-même. On aime regarder ses films parce qu’on se retrouve soi-même petit, avec ses parents regardant ces films », dit-elle.

Quant au sujet principal de sa visite, le télétravail, elle se réjouit de voir que celui-ci s’est démocratisé. « Avant, il était de l’ordre du souhait et on perdait des mois à questionner la valeur du télétravail. Maintenant, c’est un fait, il est installé et je pense qu’après le confinement, on ne pourra plus revenir en arrière. Cela nous a fait gagner un temps fou sur la légitimité du télétravail ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern