Abandon médical, menaces de mort, regrets: Alexandra tire le bilan de son «Koh-Lanta»

TF1
TF1

Appréciée de ses pairs, détestée sur les réseaux sociaux : si Alexandra a vécu une riche aventure dans « Koh-Lanta », l’après émission aura révélé quelques mauvaises surprises à cette prof de fitness. Ce vendredi 29 mai, elle a dit adieu aux poteaux, après avoir échoué, sur abandon médical – une première à un stade aussi avancé de l’aventure – lors de l’épreuve d’orientation. En marge de la diffusion de la première partie de la grande finale, elle a accordé plusieurs interviews dont il convient de retirer les passages marquants.

Et on ne peut pas commencer sans évoquer le cyberharcèlement et les menaces subies par plusieurs aventuriers de cette saison. Alexandra a été la cible d’internautes aux intentions condamnables. La quadragénaire a d’abord porté plainte puis a « pris du recul » malgré la violence de certains propos, comme elle le confie à 20 Minutes  : « Ce ne sont pas les haineux et les haters qui vont me dicter quoi que ce soit. J’ai passé plusieurs nuits blanches au début, quand j’ai lu des messages qui disaient qu’on allait me tuer et tuer mes enfants ».

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Alexandra ne s’attendait pas à un tel déferlement de haine : « Quand on participe à un jeu et que ça arrive au commissariat pour porter plainte, il y a quelque chose qui ne va pas (…) Pour être honnête, à un moment donné, j’aurais aimé avoir été éliminée avant ». Elle note quand même que depuis le déconfinement, elle rencontre les « vraies gens », pas ceux qui se lâchent avec haine sur les réseaux sociaux. Et que les personnes croisées au hasard d’une balade « sont gentilles » avec l’aventurière, « tellement fière de son parcours ». « J’ai prouvé que j’avais vraiment ma place dans cette aventure », rajoute-t-elle au Figaro.

« Là, c’est dans l’extrême »

Mais Alexandra, ça n’est pas que ça. Mine de rien, l’aventurière n’a pas démérité sur les épreuves. Si son caractère râleur et envieux a pu agacer, elle a fait preuve de constance et d’équilibre. Si elle avoue qu’« à 45 ans, on n’est pas pareil qu’à 25 », elle a « lutté et donné tout ce qu’elle avait ». Tout en ayant perdu beaucoup de poids. D’ailleurs, son meilleur souvenir, c’est une épreuve même s’il n’y avait pas de victoire à la clé comme l’épingle 20 Minutes : « C’est l’épreuve des paresseux. Ça m’a marquée parce que je me suis dit que j’avais du mental. On n’est pas confronté à ça dans la vie de tous les jours. Là, c’est dans l’extrême ».

Côté regret, par contre, elle mettrait en avant son côté trop naturel. « Notamment quand je dis les choses devant les caméras. Je tournerais ma façon de parler autrement. (…) Je suis trop franche. Je n’ai pas joué de jeu, je suis restée moi-même, mais ça m’a valu tellement de critiques que si je le refaisais, je contrôlerais plus mon image », évoque-t-elle avec, on le sent, en toile de fond le harcèlement subi sur les réseaux sociaux. Elle qui avait pourtant de très bons contacts avec la tribu jaune, « soudée à l’écran et au quotidien ».

« Mon corps a décidé que c’était fini »

Reste à expliquer cette dernière épreuve : une orientation terrible qui lui a valu un abandon médical alors qu’elle était au coude à coude avec Moussa et Naoil pour trouver l’ultime poignard synonyme de poteaux. « C’est toujours une déception et elle est même dure à accepter à ce stade du jeu », explique Alexandra. Un coup de moins bien physique qui lui a valu une prise en charge par les soignants du jeu de TF1 : « L’orientation, il faut une concentration maximale, une vraie maîtrise de ses nerfs. Il faisait très chaud, il y avait la privation, le manque de sommeil, les 10 kilos perdus… Mon corps a décidé que c’était fini », explique-t-elle côté Sudpresse.

« J’ai fait une crise de bradycardie. Il a jugé nécessaire de me faire évacuer. Ensuite, je suis allée à la clinique. On n’a pas pu mettre l’épreuve sur pause, c’était trop tard », déclare-t-elle à 20 Minutes. « Denis Brogniart m’avait dit que j’étais rentrée dans la légende avec l’épreuve des paresseux, mais je suis aussi rentrée dans la légende avec l’abandon médical à l’orientation », plaisante-t-elle. Et mine de rien, pour toutes les raisons citées plus haut, il est certain que les téléspectateurs se souviendront de cette aventurière.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern