Accusé d’agressions sexuelles par deux femmes, Justin Bieber réagit: «C’est factuellement impossible»

BelgaImage
BelgaImage

Les faits sont précis, détaillés. Dans la nuit du 20 au 21 juin 2020, deux femmes ont partagé sur Twitter le récit des agressions sexuelles qu’elles auraient subies de la part de Justin Bieber. Ces déclarations chocs sont à remettre dans un contexte plus large, celui d’une possible libération de la parole après un témoignage similaire, fait à l’encontre d’Ansel Elgot, lui aussi accusé d’agression sexuelle et qui dément formellement, assurant qu’il s’agissait d’une relation consentie.

Le chanteur canadien, lui, est donc accusé par une première femme, qui se fait appeler Danielle sur le réseau social. Elle assure avoir ouvert son compte Twitter uniquement pour livrer son histoire et ces faits qui remonteraient à mars 2014, à Houston au Texas. La jeune femme évoque une soirée organisée à la suite d’un concert, à un moment où Justin Bieber était encore en couple avec Selena Gomez, écrit-elle. À noter d’ores et déjà qu’il nie en bloc ces accusations et a apporté des preuves matérielles pour exclure les faits qui lui sont reprochés.

Un premier récit troublant

La soirée bat son plein quand un homme s’approche de la jeune femme et de son groupe d’amies et leur demande si elles souhaitent « attendre pour rencontrer Justin ». Un oui collégial se dégage même si Danielle note aujourd’hui qu’elle a trouvé cette demande « étrange ». Le petit groupe aurait alors été invité au Four Seasons Hotel, pensant passer un moment d’anthologie avec une vedette planétaire. Pour ce qui est de la suite, elle livre un récit glaçant :

« L’ami de Justin a amené mes deux amies dans une chambre et (Justin) m’a emmenée dans une autre chambre. Justin m’avait fait promettre de ne rien dire à qui que ce soit au risque d’avoir des problèmes juridiques. Il m’a demandé mon téléphone pour le mettre en charge. J’imagine que c’était qu’une excuse pour me le retirer. Il m’a ensuite demandé de le rejoindre dans le lit. Je me suis demandé en quoi tout ceci était normal. (…) J’ai commencé à me dire que tout ceci était suspect. Je lui ai demandé où était Selena, pour faire la conversation. Il m’a dit de ne pas m’en inquiéter, qu’elle nous rejoindrait plus tard. Je continuais à poser des questions pour faire la conversation, mais il s’est penché sur moi pour m’embrasser. J’étais sous le choc ».

Rapidement, les « petits baisers » s’estompent puis évoluent. Elle écrit sur Twitter : « Il m’avait poussée contre le lit au bout de dix minutes, s’est mis au-dessus de moi (…) a déboutonné mon jean, l’a enlevé et a commencé à chercher mes sous-vêtements avec ses doigts. (…) Je lui ai dit que ça allait trop loin et que nous devrions arrêter parce que j’avais besoin de retrouver mes amies, parce que je me sentais coupable envers Selena. C’est là qu’il m’a dit : ‘Relax. Tout le monde va bien’. Il m’a ensuite retiré la culotte, a enlevé son pantalon, son caleçon, a tiré les draps pour les mettre sur nous. Son corps était sur le mien, peau contre peau. J’étais très mal à l’aise et j’ai eu du mal à respirer. Je lui ai dit de se retirer parce que je m’inquiétais vraiment pour mes amies, mais il était trop tard. Il m’a pénétré avant que j’aie pu ajouter quoi que ce soit. Il allait et venait à l’intérieur de moi. J’étais allongée, muette. Mon corps était inconscient ».

Avant de conclure qu’à l’époque, elle avait 21 ans, soit un an de plus que l’artiste canadien mais qu’elle a « quand même été sexuellement agressée ». Pour la jeune femme, « aucun consentement n’a été donné ». Ce n’est que l’année dernière que Danielle aurait osé en parler à ses proches : « Cela m’a pris des années d’en parler enfin, mais il n’est jamais trop tard pour le faire. Juste parce que vous êtes une énorme star de la pop avec beaucoup d’argent et des millions de fans ne rend pas cela acceptable et cela ne devrait pas passer inaperçu ». Depuis la publication de ce récit, le compte de Danielle a disparu de Twitter. Et son histoire y est désormais absente.

Un deuxième qui l’est tout autant

Dans la foulée, une deuxième accusation similaire a pointé le bout de son nez sur Twitter. Ce récit-là est toujours disponible. Cette fois, la supposée agression sexuelle remonterait à mai 2015, à New York. Kadi aurait à nouveau été invitée à l’hôtel de son idole. Pour cette petite sauterie improvisée, il y avait cinq filles et trois garçons en plus de Justin Bieber. Elle raconte la suite sur le réseau social aux 280 caractères :

« Pour plaisanter, j’ai commencé à parler français à Justin. Nous discutions et il m’a dit qu’il n’arrivait pas à m’entendre car j’étais assise trop loin de lui. Il m’a demandé de me rapprocher. (…) Il a attrapé ma main et l’a posée sur lui. Il était assis sur un canapé, je suis tombée sur son torse. J’ai commencé à me relever et il m’a embrassée, touchant mes fesses et me demandant si elles étaient vraies. J’ai dit oui, j’ai retiré ses mains et je me suis levée. Je suis allée aux toilettes et il m’a suivie, a fermé la porte à clé. Je lui ai demandé ce qu’il se passait et pourquoi il avait fermé la porte à clé, il m’a répondu qu’il allait me dire pourquoi. Il a commencé à m’embrasser, à me toucher le corps et à me caresser. Je lui ai dit d’arrêter, que je ne pouvais pas avoir de rapport avant le mariage (quelque chose de traditionnel et de culturel). Il m’a poussée contre le lit et s’est mis sur moi (…) et m’a pénétrée (…) et je l’ai repoussé en frappant entre ses jambes et je suis sortie en courant ».

Kadi, de son côté, en a directement parlé à sa sœur. À l’époque, cette dernière lui aurait suggéré de ne rien révéler au grand public, pour ne pas être « déshonorée ». La jeune femme affirme par contre qu’elle a profité de la vague #MeToo, en 2017, pour livrer son témoignage sur les réseaux sociaux. Un récit qui aurait été étouffé à la suite de menaces reçues de la part des aficionados de Justin Bieber. Difficile de retrouver la trace de cette accusation. Toujours est-il qu’à la suite du témoignage de Danielle, Kadi a elle aussi ressorti son histoire. Ce qui porte à deux le nombre d’accusations d’agression sexuelles dans le chef de Justin Bieber. Deux récits qui se suivent très rapidement sur la toile.

Bieber nie en bloc

S’il est bien difficile d’apporter la preuve de ces faits et si la parole des victimes doit bien sûr être protégée, Justin Bieber en personne a réagi et dément formellement ces accusations. « Normalement, je ne réagis pas à ce genre de choses, je fais face à ce genre de rumeurs depuis le début de ma carrière. Mais après une longue conversation avec ma femme et mon équipe, je souhaite prendre la parole ». Sur Twitter, la star a tenté de rétablir sa vérité, apportant notamment des preuves de paiement qui le placent ailleurs qu’au Four Seasons Hotel le soir où Danielle assure avoir été agressée sexuellement, comme l’épingle 7sur7 :

« Les rumeurs vont et viennent, mais les rumeurs concernant des abus sexuels ne sont pas tolérables. Je voulais en fait répondre à cette rumeur dès que je l’ai entendue, mais par respect pour toutes les victimes qui ont effectivement eu à faire face à de tels abus, je voulais m’assurer de faire passer le bon message. Juste pour que ce soit clair, j’étais à Austin cette nuit-là avec ma petite amie de l’époque, Selena Gomez. Je n’ai pas dormi à l’hôtel Four Seasons, mais dans un Airbnb. Et la nuit suivante, j’ai dormi à l’hôtel Westin. Tout signalement d’abus sexuel doit être pris au sérieux, et c’est pourquoi je voulais y répondre moi-même. Dans mon cas, cette histoire est factuellement impossible. Je vais donc agir via Twitter et saisir les autorités contre les personnes qui veulent me mettre en danger ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern