Pologne: un ex-soldat s’enfuit dans la forêt avec son puma, qu’il refuse de confier à un zoo

Image d’illustration
Image d’illustration - Belgaimage

La garde d’animaux dangereux étant interdite en Pologne, l’ex-soldat a été tenu par la justice de rendre l’animal au zoo mais il a toujours refusé et a fui la police. « Ce n’est pas un jouet. C’est un animal classé parmi les plus dangereux du monde, qui peut créer une menace réelle pour la santé et la vie des gens  », prévient sur le site du zoo de Poznan (ouest) sa directrice Ewa Zgrabczynska.

Localisé vendredi par des représentants du zoo, il les a menacés au couteau avant d’emporter l’animal tenu en laisse et de s’enfuir dans la forêt, selon les médias locaux. Selon le quotidien Gazeta Wyborcza, le vétéran d’Afghanistan avait acheté l’animal il y a six ans en République tchèque voisine et l’a élevé depuis, chez lui.

200 agents

La traque policière, qui a mobilisé pendant un moment 200 agents, n’a toujours donné de résultat dimanche matin. « Nous poursuivons nos opérations  », a déclaré à l’AFP Tomasz Grabos, le porte-parole de la police de Zawiercie (sud), refusant tout autre commentaire. Pendant ce temps, des voix se sont levées pour défendre le fugitif.

« L’amour pour l’animal et une décision de la justice sans cœur l’ont obligé à fuir. Il se cache dans la forêt  », a écrit sur son site Facebook Dariusz Wojtowicz, le maire de la ville voisine de Myslowice (sud). « Peut-être quelqu’un pourrait jeter un œil plus humain sur cette affaire  », demande le maire en publiant des images de l’homme identifié comme Kamil S. et de son puma appelé Nubia.

Belga

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern