Coronavirus: bloqué en Écosse, un étudiant parcourt 3500 km à vélo pour retrouver sa famille en Grèce

Image d’illustration
Image d’illustration - Belgaimage

Kleon Papadimitriou est un étudiant grec de 20 ans qui étudie à l’université d’Aberdeen en Écosse. À la fin du mois de mars, la plupart de ses amis habitants à l’étranger avaient déjà quitté le pays avant la fermeture des frontières, contrairement au jeune homme qui ne voulait pas rater de cours. Mais après avoir réservé des vols pour rentrer à Athènes dans sa famille, Kleon s’aperçoit que ceux-ci ont été annulés, rapporte BFM TV.

Sans se démotiver, le jeune homme tente de trouver une idée pour rentrer chez lui, avant de penser à une solution un peu folle : rejoindre son pays d’origine à vélo. Le sportif, amateur de course à vélo, se renseigne sur la distance à parcourir, soit environ 3500 kilomètres. Après avoir obtenu l’accord de ses parents, à condition d’installer une application de géolocalisation sur son téléphone, Kleon commence son voyage le 10 mai dernier. En moyenne, il parcourt entre 50 et 120 km par jour, indique BFM TV.

48 jours

Au cours de son périple, il traverse l’Angleterre, les Pays-Bas, l’Autriche, puis l’Italie. Il prend ensuite un bateau de Patras pour rejoindre la Grèce. Quand il ne roule pas, le jeune grec fait du camping sauvage où dort chez des connaissances. 48 jours après son départ, il arrive finalement à Athènes le 27 juin, où il est accueilli par sa famille et des inconnus ayant suivi son voyage.

« J’ai davantage confiance en moi-même et en mes capacités. J’ai beaucoup appris sur moi-même, sur mes limites, mes forces et mes faiblesses. J’espère que ce voyage a pu inspirer quelqu’un à sortir de sa zone de confort pour essayer quelque chose de nouveau, quelque chose de grand  », a indiqué Kleon à la fin de son parcours.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern