Amber Heard violente? Les avocats de Johnny Depp tentent d’accréditer cette thèse et fournissent des «preuves»

BelgaImage
BelgaImage

Les avocats de Johnny Depp ont tenté ce vendredi 24 juillet d’accréditer la thèse selon laquelle c’est Amber Heard, l’ex-femme de l’acteur américain, qui était capable de violence, présentant à l’appui des extraits de vidéos reçus anonymement. L’acteur de 57 ans poursuit en diffamation la société éditrice du tabloïd The Sun, NGN pour l’avoir qualifié en avril 2018 de mari violent. Le héros de « Pirates des Caraïbes » rejette fermement cette accusation, affirmant n’avoir jamais levé la main sur une femme et accuse en retour de violences son ex-épouse, qu’il dépeint comme une calculatrice narcissique et sociopathe qui veut détruire sa vie.

A la fin de la troisième semaine de ce procès devant la Haute Cour de Londres, l’équipe de Johnny Depp a versé à la procédure des extraits vidéos issus du tournage d’une émission de téléréalité datant de 2006-2007. Ces preuves de dernière minute, reçues la veille d’une source anonyme, seraient à leurs yeux de nature à accréditer la thèse d’une Amber Heard violente. Ces images montrent la soeur de l’Américaine de 34 ans, Whitney Henriquez, questionnée autour d’une piscine par d’autres participantes sur des marques sur son visage et le haut de sa poitrine, qui n’apparaissent pas néanmoins de manière évidente sur les images de médiocre qualité.

« Je n’arrive pas à croire qu’Amber t’ait botté les fesses », entend-on l’une des participantes dire à Mme Henriquez. « Tu t’es battue ? », continue-t-elle en inspectant le corps de la jeune femme, ajoutant : « Elle t’a vraiment botté les fesses ». Face aux questions pressantes, Whitney Henriquez rétorque qu’elle ne veut pas en parler. « D’abord, c’était vraiment une mauvaise émission de téléréalité », a dénoncé la soeur de l’actrice, questionnée vendredi après le visionnage de ces extraits.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern