Louis de Funes, l’immortel forçat du rire

En incarnant Harpagon, dans l’adaptation cinématographique de «
L'Avare
» de Molière, le comédien réalisait, à 66 ans, un rêve d’enfance. Il nous quittera moins de trois ans plus tard.
En incarnant Harpagon, dans l’adaptation cinématographique de « L'Avare » de Molière, le comédien réalisait, à 66 ans, un rêve d’enfance. Il nous quittera moins de trois ans plus tard. - Isopix

« Vous êtes plus connu que moi ! » En décembre 1972, Georges Pompidou accueille ainsi Louis de Funès, à l’arbre de Noël de l’Élysée. Il est alors au sommet de sa gloire. Numéro un au box-office des entrées, il reçoit plusieurs dizaines de propositions par semaine. L’acteur lit puis choisit. Il refuse le rôle d’Astérix pour mieux se concentrer sur ses « valeurs sûres », à commencer par les comédies de Gérard Oury.

Profondément marqué par la mort de Bourvil, qu’il ne savait pas malade, il accepte...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète
Signé duBus
Signé Stéphane Bern