«Tu te relèveras comme tu l’as toujours fait»: la lettre poignante de Mika au Liban et à son peuple

BelgaImage
BelgaImage

« Je me sens à la fois si près et si loin de toi », écrit Mika dans une lettre adressée au peuple libanais et parue dans le JDD notamment. L’artiste libano-britannique se livre, après les explosions qui ont détruit une partie de la ville de Beyrouth, au sujet du pays dans lequel il est né au début des années 80. Il n’a pu cacher son émotion, alors que la crise touche le Liban de manière féroce.

>Liban : nouveaux heurts entre les forces de l’ordre et des manifestants à Beyrouth (photos)

« Je ne cesse de regarder sidéré les visages martyrs de mes frères et sœurs. Dans leurs yeux, je devine l’effroi, les larmes », confie l’ancien coach de The Voice France. Mardi 2 août, les explosions ont dévasté la ville et rapidement, des personnes venues du monde entier ont partagé leur effroi et leur soutien au peuple libanais. Mika, lui, ne cesse « d’imaginer le bruit assourdissant des deux déflagrations qui ne quittent plus les Beyrouthins ».

>Les laborieuses coulisses de l’aide belge au Liban

« Les responsables de qui ? De quoi ? »

Pour Mika, ces explosions viennent s’ajouter aux multiples crises que traverse le pays depuis plusieurs années : « Il y a les divisions, l’écho des conflits à tes frontières, la corruption, l’impuissance de tes dirigeants, la crise monétaire qui a plongé tes familles dans la misère puis l’épidémie de coronavirus toujours plus virulente. Je vois dans ces deux explosions le symbole d’un système qui éclate ».

>Liban : la ministre de l’Information démissionne

Le chanteur réagit également aux dires du Premier ministre libanais Hassan Diab qui a affirmé que les « responsables devront rendre des comptes ». Une déclaration qui n’est pas passée auprès de Mika, qui conclut avec force dans cette lettre ouverte poignante à souhait :

« Les responsables de qui ? De quoi ? Les responsables de trente ans d’agonie qui ont fait du pays du Cèdre le pays des cendres (…) Demain, tu te relèveras comme tu l’as toujours fait ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern