Avec «La Bonne du curé», Annie Cordy vend deux millions de 45 tours

DR
DR

Que va retenir la mémoire populaire d’Annie Cordy ? Une forme de tendresse et de pudeur, l’image d’un être tourné vers les autres, un talent monté sur ressorts, mais d’abord et avant tout des chansons qui font youp la boum tralala ! Dans ce grenier foldingue, on peut glisser « Frida Oum papa » en 1975, « Tata Yoyo » en 1981, « Cho ka ka o » en 1985. Elle-même se qualifie de « Popov en jupons », une Hello Dolly à la française qui dynamite l’ennui. Annie Cordy, rompue à toutes les situations – à savoir les podiums des radios périphériques,...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète
Signé duBus
Signé Stéphane Bern