Aya Nakamura plante «Quotidien» parce qu’elle a «la flemme» et s’attire les foudres de Yann Barthès (vidéo)

Capture d’écran - Twitter
Capture d’écran - Twitter

Aya Nakamura en tant qu’invitée, ça en impose. La chanteuse française attire son lot de jeunes téléspectateurs, tous fans des musiques endiablées comme « Pookie » ou « Djadja ». Sauf que « Quotidien » a dû faire sans elle ce vendredi 13 novembre. Sur TMC, l’artiste a fait faux bond. Et Yann Barthès n’a pas hésité à tout balancer à l’antenne. Le présentateur en a ri, parce qu’il fallait bien : « Bon, Aya Nakamura devait être avec nous mais elle ne vient pas ». Avant de commenter cette décision hors du commun, alors que la chanteuse est en pleine promotion pour son troisième album sobrement intitulé « Aya » :

« Il y a des gens qui s’étaient déplacés, et elle a dit à son staff qu’elle avait la flemme de venir et qu’elle était trop fatiguée. Ses danseurs, ne l’étaient pas, eux. Ils sont venus, ils étaient super, on les remercie, ils étaient vachement bien ».

« Et puis elle n’est finalement pas venue du tout »

Douze danseurs apparaissent alors à l’écran, en pleine répétition. Retour sur le sujet « télé » de cette fin de semaine ! L’émission « Quotidien » du vendredi 13 novembre a en réalité été enregistrée un jour plus tôt, soit jeudi 12 novembre en soirée. C’est la seule émission de la semaine qui ne soit pas en direct pour les équipes de Yann Barthès, comme le rappelle Le Parisien. Un membre de la société de production Bangumi explique au quotidien français comment « Quotidien » a vécu le « lapin » posé par l’artiste de 25 ans :

« Elle nous a plantés entre une heure et trente minutes avant l’enregistrement. Elle n’est pas venue pour les balances dans l’après-midi, ce qui peut arriver chez certains artistes, mais cela reste très rare quand même. Et puis elle n’est finalement pas venue du tout… »

Cette absence n’a bien sûr pas été du goût de Yann Barthès qui, en plateau, a tout fait pour en jouer. Tout au long de l’émission, le présentateur a multiplié les boutades sur Aya Nakamura et le rendez-vous manqué en plateau. « Aya Nakamura nous a plantés. Pas il y a 24 heures, non il y a une heure, une demi-heure. Bon elle nous a pas appelés non plus pour nous le dire en même temps », lance-t-il à un moment de l’émission. Avant de surenchérir :

« Ils ont répété avec sa team, ils avaient mis un damier sur la scène. Les danseurs se sont déplacés. Tout le monde s’est déplacé. L’équipe technique, nous aussi on s’est déplacé. On avait tout préparé, tout ça. On avait aimé l’album. Tout le monde s’était déplacé. Sauf une. Sauf une ! Sauf Aya Nakamura. Bon. Bah tant pis ! »

Aya Nakamura a passé un bon jeudi soir quand même

L’histoire pouvait s’arrêter là. C’était sans compter sur Le Parisien qui note qu’Aya Nakamura ne semblait pas si fatiguée que cela ce jeudi 12 novembre. Sur les réseaux sociaux, on a en effet pu découvrir des vidéos d’une fête qui avait lieu en l’honneur de la chanteuse. En plein confinement, des dizaines d’invités se déhanchent autour de l’artiste en robe blanche. Le champagne est sabré. Le masque, lui, est aux abonnés absents.

Tout ça a eu lieu dans un restaurant de la Seine-Saint-Denis : quand Yann Barthès, lui, enregistrait son émission sans Aya Nakamura. Pour l’heure, la maison de disques qui s’occupe de la chanteuse n’a pas réagi. Aya Nakamura, elle, a un petit mot à propos de son absence. Sur Twitter, elle a écrit : « Ni flemme ni plan, j’avais prévenu depuis 13h pourtant… Les contretemps ça arrive ». Un contretemps à base de champagne et de danses endiablées, visiblement. Selon plusieurs internautes, Aya Nakamura aurait refusé l’invitation de « Quotidien » car on lui imposait des danseurs qui auraient été injurieux avec elle par le passé. L’artiste n’a pas commenté cette affirmation survenue sur la toile.

 
  • Céline Dion, la spirale infernale

    Le confinement pousse Céline à se recentrer sur ses deux jumeaux, Eddy et Nelson. Elle va mal, mais elle s’accroche.

    Depuis plusieurs mois, la star mondiale traverse de nombreuses épreuves : la perte de sa maman, une maladie incurable, une amitié particulière, la vente d’une maison…

Signé duBus
Signé Stéphane Bern