La Première ministre danoise en larmes après l’abattage de millions de visons (vidéo)

La Première ministre danoise en larmes après l’abattage de millions de visons (vidéo)
BelgaImage

C’est très émue que Mette Frederiksen, Première ministre social-démocrate danoise, s’est rendue ce jeudi à Kolding, au centre du Jutland. Elle est partie à la rencontre des éleveurs de visons, obligés par le gouvernement de tuer un nombre astronomique de leurs animaux pour lutter contre le Covid-19. Un moment qui ne l’a pas laissée indifférente puisque qu’en expliquant la situation au journaliste, la Première ministre est apparue la voix serrée, sa prise de parole étant interrompue plusieurs fois par des larmes.

Un sujet sensible

« Nous avons des générations d'éleveurs de visons très compétents », dit-elle avant d’évoquer un père et son fils, eux aussi éleveurs, qu’elle vient de rencontrer. « En peu de temps, le travail de leur vie a été dévasté et cela a été très émouvant pour eux », ajoute la cheffe du gouvernement avant de s’arrêter pour sécher ses larmes. « Je suis désolée, pour moi aussi [c’est très émouvant] ». « J’espère qu'ils se souviendront, ainsi que tous les autres éleveurs de visons, que ce n'est pas à cause d'eux et non pas parce qu'ils ont été de mauvais éleveurs de visons que nous avons pris cette décision. Au contraire, les meilleurs éleveurs de visons du monde se trouvent ici même, là où nous nous trouvons. Mais c'est à cause du coronavirus », termine-t-elle tout en luttant contre ses émotions pour terminer son discours.

Le sujet est d’autant plus sensible que ces derniers jours, il a fait l’objet d’une grande polémique au Danemark. Trop pressé d’ordonner l’abattage des visons qui risquaient de développer une version modifiée du Covid-19, le gouvernement danois a pris cette décision sans avoir la base légale suffisante pour tuer les animaux sains. Plus de 10 millions de visons ont déjà été euthanasiés selon le dernier bilan, sur un total de 15-17 millions prévus à l’article de la mort. Le 19 novembre, le ministre de la Santé danois a déclaré que la menace qu’un coronavirus différent ne voie le jour et ne remette en cause les vaccins était « très probablement éteinte ». Le ministre de l’Agriculture a dû de son côté démissionner. « Je considère qu’il y a lieu de s’excuser pour le déroulement des faits. Je n’ai aucun problème pour dire pardon pour ça, car des fautes ont été commises », a quant à elle tenu à dire la Première ministre à la télévision TV2.

Cette semaine, la polémique a été renforcée après qu’un charnier ait vu les dépouilles des visons remonter à la surface. Selon la police danoise, cela s’expliquerait par les gaz émis par la décomposition des nombreux cadavres, d’où une dilatation qui les a fait remonter, les visons étant enterrés à moins d’un mètre.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Ces instants où tout bascule

    Julien SANDREL copyright Bruno Levy

    Julien Sandrel publie un nouveau roman solaire. Pour lui, pas de doutes, « les petits bonheurs du quotidien sont plus importants que tout ».