À la télé ce soir: «A Star Is Born» ou «Hortense»

BelgaImage
BelgaImage

A Star Is Born, à 20h55 sur La Une

Jackson Maine, star de musique country, voit sa carrière décliner. Perpétuellement en concert, il mène une vie solitaire qui ne le satisfait pas. Il boit de plus en plus. Dans un bar, il découvre Ally, une jeune chanteuse à la voix puissante. Il l’encourage à interpréter ses propres chansons…

Hortense, à 21h05 sur France 2

Alors que sa fille Hortense a été enlevée à l’âge de trois ans, Sophie peine a tourner la page et à reconstruire sa vie. Un jour, elle reconnaît sa fille sous les traits d’une jeune femme de 20 ans. Jeanne Martin est orpheline et cherche à connaître ses origines. Les deux femmes apprennent alors à se connaître et s’engagent dans une relation fusionnelle jusqu’à ce que le doute apparaisse…

Les étoiles de Dominique Deprêtre

Braveheart, à 20h00 sur Club RTL – Quatre étoiles

de Mel Gibson (1995)

Cinq Oscars dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur ont récompensé à leur juste mérite les producteurs dont l’auteur lui-même et le fils d’Alan Ladd. Qu’importent les nombreuses libertés scénaristiques envers la réalité historique autour du légendaire William Wallace : cette fresque épique et romantique vaut à elle seule tous les « Robins des Bois » réunis du répertoire.

Les grandes gueules, à 20h50 sur Arte – Quatre étoiles

de Robert Enrico (1965)

On est dans les Vosges mais on se croirait au Canada. Ce film d’aventure fait très western et restera, avec « Les aventuriers », comme la collaboration la plus originale entre Robert Enrico et José Giovanni. Points communs entre les deux films, la présence de Lino Ventura et la bande musicale de François de Roubaix.

Adorables créatures, à 21h00 sur TV5 Monde – Trois étoiles

de Christian-Jaque (1952)

Cadette des susnommées virevoltant autour de Daniel Gélin, l’Italienne Antonella Lualdi est, à 89 ans, l’unique rescapée de marque de cette brillante comédie s’apparentant presque à un film à sketches, certes, mais d’une rare cohérence grâce, notamment, à la voix off de Claude Dauphin au service d’un texte brillant signé Charles Spaak, le frère de notre Paul-Henri national et père de Catherine, restée diva en Italie.

Madame Bovary, à 20h50 sur France 5 – Deux étoiles

de Claude Chabrol (1991)

Après celles signées Jean Renoir (1933) et Vincente Minnelli (1949), cette adaptation plus récente du célèbre roman de Gustave Flaubert a pris les allures d’un bon téléfilm de luxe, de facture très classique avec la voix off de François Périer.

À la dérive, à 23h20 sur La Une – Deux étoiles

de Baltasar Kormákur (2018)

Les images du presque naufrage sont impressionnantes et les séquences plus calmes reposent sur des paysages de rêve. Le réalisateur islandais de « Contrebande » est stylistiquement et visiblement aussi à l’aise en pleine tempête océanique que sur les pentes de son « Everest ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern