Roselyne Bachelot refuse les invitations de CNews du fait de l’attitude de la chaîne (vidéo)

Roselyne Bachelot refuse les invitations de CNews du fait de l’attitude de la chaîne (vidéo)
BelgaImage

Ces derniers jours, Canal+ est dans l’œil du cyclone. Le groupe a licencié deux employés après une parodie de sa chaîne CNews et a coupé au montage le sketch d’un humoriste qui crie à la censure alors qu’il évoquait les affaires de corruption de Vincent Bolloré. Dans ce contexte, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a été amenée à commenter cette affaire sur France Info. Une journaliste l’a alors interrogée sur son rapport avec CNews et manifestement, ce n’est pas la joie entre les deux.

« Ecouter tout le monde » mais pas forcément aller chez tout le monde

Roselyne Bachelot a donc d’abord expliqué ce qu’elle pensait de l’affaire des licenciements. Mais si elle a un avis sur cette affaire, elle estime que ce n’est pas son rôle d’agir pour faire bouger les choses. « Canal+ gère ses affaires comme il l'entend et je me garderais d'intervenir dans la gestion d'un groupe comme Canal +. Je dis évidemment avec respect, dans la gestion qui est la leur, qu'il vaut mieux ne pas renvoyer les personnels qui font ça. Qu'un journaliste ou un humoriste perde son boulot, ce n'est pas un élément que je retiens », explique-t-elle.

Ensuite, elle se confie sur ce qu’elle pense de l’attitude de la chaîne d’info en continu CNews, réputée très à droite, notamment avec Eric Zemmour et Pascal Praud. « CNews a choisi une ligne éditoriale franchement acceptée. Ils gèrent cela de cette façon. Il faut tout écouter, même les gens avec lesquels on n’est pas d’accord, sinon on n’est pas dans la liberté d’expression », ajoute la ministre.

C’est là que lui est demandé si elle acceptait les invitations de CNews. Mais aussitôt, après cette question, un grand silence règne dans les studios de France Info et un sourire crispé se dessine sur le visage de Roselyne Bachelot. « Je vous précise qu’on n’a pas coupé le micro », blague l’animateur qui tente de détendre l’atmosphère. La ministre finit néanmoins pour répondre assez librement sur le sujet : « Pour l’instant, je ne les ai pas acceptées. J’ai toujours une réticence à aller chez des gens qui m’attaquent de cette façon ».

A noter qu’elle n’est pas la seule à agir de cette façon. Les écologistes français ont en novembre appelé au boycott de CNews suite aux positions polémiques de la chaîne, notamment sur l’immigration.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Ces instants où tout bascule

    Julien SANDREL copyright Bruno Levy

    Julien Sandrel publie un nouveau roman solaire. Pour lui, pas de doutes, « les petits bonheurs du quotidien sont plus importants que tout ».