Amsterdam veut la fin des coffeeshops pour les touristes

Amsterdam veut la fin des coffeeshops pour les touristes
BelgaImage

Aller au coffeeshop représente presque une sorte de rituel pour de nombreux touristes de passage dans la capitale néerlandaise. Mais bientôt, il se pourrait bien que cela appartienne au passé. C’est en tout cas l’objectif de la bourgmestre d’Amsterdam Femke Halsema. Ce vendredi, elle a proposé l’interdiction pure et simple du service des coffeeshops aux touristes, qui ne pourraient plus servir que les Néerlandais. Un projet qu’elle a expliqué plus en détail à la télévision publique NOS.

Une « source de nuisance » selon la bourgmestre

Dans son interview, Femke Halsema confie qu’au « cours des dernières années, nous avons constaté que la demande de cannabis à Amsterdam a énormément augmenté ». Et selon elle, cela ne s’expliquerait pas par une soudaine envie des Amstellodamois d’en consommer mais par le développement toujours plus important du tourisme des drogues douces dans sa ville. Une évolution qu’elle ne voit pas d’un bon œil. Pour elle, ces « touristes du cannabis » représentent même une « source de nuisance ».

« Amsterdam est une ville internationale et nous souhaitons accueillir les touristes, mais nous aimerions des touristes qui viennent pour la richesse de la ville, pour sa beauté, pour ses institutions culturelles », juge-t-elle. Elle espère donc que sa proposition sur les coffeeshops sera acceptée par le conseil municipal pour mettre un terme à ce phénomène. Quant à leurs gérants, il se pourrait qu’ils fassent connaître leur mécontentement, les touristes étrangers représentant une bonne partie de leur clientèle, hors crise du coronavirus évidemment.

Selon les autorités néerlandaises, il existe 570 coffeeshops aux Pays-bas, dont 166 (soit 30% du total) dans la seule ville d’Amsterdam. Ils peuvent vendre du cannabis en petite quantité et ce légalement depuis les années 1970. La production et l’approvisionnement restent par contre prohibés.

 
  • Abus sexuels: le grand déballage

    Belgaimage

    Les affaires se multiplient. Les masques tombent. La parole se libère, pouvant aussi ouvrir la porte aux mensonges et règlements de comptes. Une révolution !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern