Le prince Harry trouve un accord en justice avec un tabloïd britannique

Le prince Harry trouve un accord en justice avec un tabloïd britannique
BelgaImage

En octobre dernier, le prince Harry a eu une bien mauvaise surprise en lisant le Mail on Sunday. Un article affirmait en effet qu’il aurait purement et simplement snobé les soldats britanniques depuis son départ pour l’Amérique. Aucun contact, pas un rendez-vous, rien ! Il aurait même refusé de répondre à une lettre de l’armée qui lui était pourtant directement adressée. En décembre, le petit-fils d’Elizabeth II a riposté en attaquant en justice l’Associated Newspapers, qui édite le journal, pour difamation. Un conflit qui vient de se régler pacifiquement ce lundi avec la conclusion d’un accord.

Une bataille de gagnée, pas encore la guerre

Il faut dire que depuis le dépôt de la plainte, il y a eu du nouveau. Si en automne, le Mail on Sunday n’a fait aucune déclaration à ce propos, sa position a fortement changé après l’attaque d’Harry. Dès le mois de décembre, il s’est excusé officiellement dans ses colonnes auprès du prince. Pour enterrer définitivement la hache de guerre, le tabloïd a désormais fait un don pour dommages-intérêts à l’association caritative d’Harry qui aide les soldats blessés sur le champ de bataille, Invictus Games. Quant aux faits reprochés, le Mail on Sunday a reconnu que des contacts ont bel et bien existé entre l’armée et le prince.

Le sujet était d’autant plus sensible qu’Harry n’est pas resté qu’un peu dans l’armée britannique mais pendant près de dix ans. Il a même participé à la guerre d’Afghanistan. Avec cet article d’octobre, son honneur était donc en jeu. Ce lundi, le juge Matthew Nicklin a acté que ce conflit était désormais clôt. « Toutes ces allégations sont fausses, comme le Mail on Sunday et le MailOnline l’ont maintenant admis, même si des dégâts considérables ont déjà été causés », a déclaré lors de l’audience l’avocate du prince, Jenny Afia.

Reste à la femme d’Harry, Meghan, à régler son contentieux avec le même journal. Le Mail on Sunday a en effet publié une lettre personnelle de cette dernière envoyée à son père. Pour le tabloïd, il s’agissait d’un élément d’intérêt public, ce que Meghan conteste.

 
  • Abus sexuels: le grand déballage

    Belgaimage

    Les affaires se multiplient. Les masques tombent. La parole se libère, pouvant aussi ouvrir la porte aux mensonges et règlements de comptes. Une révolution !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern