Paris Hilton témoigne des abus dont elle a été victime durant son adolescence en internat

Isopix
Isopix

Ce lundi 8 février, Paris Hilton s’est présentée au tribunal de l’Utah pour témoigner contre un pensionnant de l’état, la Provo Canyon School. Elle y avait été envoyée par ses parents à l’âge de 17 ans pour tenter de l’empêcher de se rebeller et de sortir faire la fête. En larmes, elle a accusé l’établissement de lui avoir fait subir des violences psychologiques, physiques et émotionnelles. « Je m’appelle Paris Hilton, je suis une survivante d’abus institutionnels et je parle aujourd’hui au nom des centaines de milliers d’enfants actuellement dans des établissements de soins résidentiels à travers les États-Unis  », a-t-elle déclaré, rapporte LCI.

Si la star de téléréalité a témoigné, c’est dans le cadre d’un projet de loi ayant pour but de réglementer ces écoles « pour adolescents en difficulté  ». « Au cours des 20 dernières années, j’ai vécu un cauchemar récurrent où je suis kidnappée au milieu de la nuit par deux inconnus, fouillée à nu et enfermée dans un établissement. J’aimerais pouvoir vous dire que ce cauchemar obsédant était juste un rêve, mais ce n’est pas le cas  », a ajouté Paris Hilton. Dans un documentaire paru l’année dernière, elle évoquait déjà ces abus. Elle affirme notamment que durant 11 mois à l’internat, elle a été battue, forcée à prendre des pilules inconnues qui la rendaient malade et qu’elle était surveillée en permanence, même sous la douche.

Isopix
Isopix

« À partir du moment où je me réveillais jusqu’au moment où je me couchais, on me criait dessus toute la journée, on me hurlait dessus. C’était une torture sans fin. Les gens qui travaillaient là-bas disaient des choses terribles (…) Je pense que leur but était de nous faire craquer. Et ils abusaient physiquement de nous, ils nous frappaient, nous étranglaient. Ils faisaient régner la terreur pour qu’on ait trop peur de leur désobéir  », a encore expliqué la jeune femme, rapporte LCI.

Son ancienne école a publié un communiqué niant les faits reprochés : « Nous ne tolérons ni ne promouvons aucune forme d’abus. Tout abus présumé / suspecté est immédiatement signalé à nos autorités réglementaires nationales, aux forces de l’ordre et aux services de protection de l’enfance, selon les besoins. Nous nous engageons à fournir des soins de haute qualité aux jeunes ayant des problèmes émotionnels, comportementaux et psychiatriques spéciaux et souvent complexes  ».

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.