Un gros météore est tombé dans le ciel belge ce matin (vidéo)

Un gros météore est tombé dans le ciel belge ce matin (vidéo)
AllSky7 Fireball Network Archive

Il était 6 heures du matin, ce vendredi 12 février, lorsque l’événement s’est produit. Pour ceux qui étaient déjà levés, certains ont peut-être eu la chance de voir passer dans le ciel une grosse boule de feu passer à toute vitesse. C’était le cas de quelques Belges qui ont été stupéfaits par la vue d’un météore. Un événement confirmé par l'institut royal d'Aéronomie Spatiale de Belgique

« Une boule de feu qui tombe du ciel »

Selon ce dernier, le corps céleste est passé au-dessus de la Manche. Il était de ce fait visible en Belgique, mais aussi en France, en Angleterre, aux Pays-Bas et en Allemagne. Une caméra de surveillance située à la frontière germano-autrichienne a même réussi à le percevoir à l’horizon.

En Belgique, RTL Info a collecté quelques témoignages des chanceux qui ont pu voir le spectacle. « Je pense avoir aperçu une météorite ce matin, est-ce possible ? C'était impressionnant, ça été tellement vite! Une boule de feu qui tombe du ciel », raconte Isabelle. « J’ai vu un point lumineux dans le ciel, plus gros qu’une étoile, beaucoup plus lumineux aussi, qui bougeait très rapidement vers le bas, rectiligne et vertical », ajoute un dénommé Régis.

La bonne visibilité due à un ciel dégagé, et ce sur un grand périmètre, a également permis d’avoir un grand nombre d’observateurs. Cela n’est cela dit pas du tout un phénomène rare. Fin janvier, un bolide a également été aperçu à la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas. Une véritable chasse à la météorite a alors commencé entre Termonde et Alost pour en retrouver des fragments qui auraient survécu à leur fracassante arrivée sur Terre. Quant au météore d’aujourd’hui, aucune chance de le retrouver puisqu’il a coulé dans la mer, du moins s’il ne s’est pas totalement désintégré avant.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Prostituées, les oubliées du confinement

    Les activités de prostitution sont interdites depuis octobre. Vont-elles reprendre le 1er mars?

    La crise pousse des femmes à exercer leur métier dans la plus grande clandestinité. La commune de Schaerbeek demande des décisions claires au Comité de concertation.