Accueil Actu Soirmag

La pandémie accroît la solitude des aînés

Les jeunes ne sont pas les seuls à souffrir de l’isolement prolongé provoqué par la crise sanitaire. Les seniors aussi. Avec un impact sur leur santé que l’on voulait justement protéger.

Article réservé aux abonnés
Rédacteur en chef adjoint Temps de lecture: 5 min

On parle beaucoup en ce moment des problèmes rencontrés par les jeunes, dont les activités scolaires et extrascolaires sont très perturbées par la crise du Covid. Mais ils ne sont pas les seuls à souffrir. Nos aînés aussi sont victimes de l’isolement provoqué par cette crise. Et les grands-parents, éloignés de leurs petits-enfants, ne sont pas les seuls à être touchés dans cette population. Explications.

Avant la crise, le constat était déjà édifiant. Près d’un senior sur deux se sentait seul, surtout dans les tranches d’âge les plus élevées, chez les femmes, les veufs/veuves, les malades et ceux en situation financière précaire, explique Énéo, le mouvement social des aînés, dans un dossier publié dans la revue interne « Balises ». D’après les projections, avant la crise du Covid, il y avait déjà un million de personnes âgées souffrant de solitude en Belgique !

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs