Le disco a perdu la boule

En ce temps-là, on se trémoussait sur les hits des Bee Gees et de Boney M. On achetait le double album de « Saturday Night Fever » avec John Travolta en costard blanc sur la pochette. On avait vu le film plusieurs fois au cinéma. On s’était découvert un nouvel hymne à la joie : le disco. L’époque était joyeuse, insouciante. Le disco a régné en maître du milieu des années 70 au milieu des années 80. Il a ses codes, ses stars, ses limites aussi car ce genre musical n’a rien révolutionné. Il prend le pouvoir dans un contexte favorable : économie en forme, pouvoir d’achat...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète
Signé duBus
Signé Stéphane Bern