À la télé ce soir: la série «HPI» et le documentaire «Laurent Garnier: off the record»

À la télé ce soir: la série «HPI» et le documentaire «Laurent Garnier: off the record»
MAXPPP

Il y en a pour tous les goûts ce soir à la télé ! Pour les indécis, voici nos conseils.

Laurent Garnier : off the record, à 20h35 sur Tipik

Laurent Garnier est l'un des parrains de la house music. Il est sur la scène musicale depuis les années 1980. Durant ces trois dernières années, Le réalisateur l' a suivi à travers le monde, nous plongeant dans le quotidien de l'un des DJ les plus respectés dans le monde. Il nous dresse un portrait intime de cet homme devenu une légende. Raconter l'histoire de la dernière grande révolution musicale du XXe siècle par le prisme du portrait de l'un de ses pionniers, Laurent Garnier, c'est l'objectif que s'est lancé Gabin Rivoire à travers ce documentaire. Une plongée dans l'histoire de la culture underground et de son rayonnement à travers le monde.

HPI, à 21h25 sur La Une

Morgane, libérée du fantôme de Romain, a bien pris ses marques dans la police. Et même un peu trop pour Karadec, dont elle bouche les horizons. Mais pas le temps de s'appesantir : ce dernier doit se concentrer sur le meurtre d'Alex Viniali, retrouvé assassiné dans un vestiaire de foot. Et c'est peut-être le foot, justement, qui a conduit à la mort ce père de famille exemplaire. Car Alex Viniali faisait partie d'un groupe de supporters lillois particulièrement violents... Accompagnée de sa fille, Théa, venue faire un stage à la DIPJ, Morgane se réjouit de pouvoir mettre son nez dans un univers trop souvent réservé aux hommes, celui des supporters ! Karadec un peu moins.

Les étoiles de Dominique Deprêtre

Le jeune Karl Marx, à 20h05 sur La Trois - Trois étoiles

de Raoul Peck (2016)

Doublement récompensé au Festival du film de fiction historique de Narbonne, ce didactique et passionnant biopic dû à l’auteur haïtien des « Lumumba » et « I’m not your Negro » retrace le combat initial du futur auteur du « Capital » et sa rencontre déterminante avec Friedrich Engels. Coproduit par Robert Guédiguian et la Belgique, avec August Diehl et « notre » Olivier Gourmet, qui se retrouvent deux ans après l’excellent « En mai, fais ce qu’il te plaît » de Christian Carion. Vive les coproductions européennes !

American Pie, à 20h15 sur AB3 - Deux étoiles

de Paul Weitz (1999)

Sans aucun doute l’une des meilleures – ou des moins mauvaises – comédies pour ados à la sauce grasse typiquement californienne. Si on entre dans l’ambiance, il est vrai, on rit aux larmes. Devenu film culte et pilote d’une saga dont un numéro 5 est toujours annoncé sans autre précision.

Dirty Papy, à 21h50 sur AB3 - Deux étoiles

de Dan Mazer (2016)

Le scénariste londonien des « Borat », « Brüno » et « Mariage à l’anglaise » n’a certainement pas dû forcer son imagination pour donner aux sujets de l’Oncle Sam une véritable leçon de mauvais goût. Et là, on va tellement loin que ça en devient presque génial ! Le plus drôle étant que Robert De Niro ait finalement accepté de relever le défi – au contraire des Jeff Bridges et Michael Douglas pressentis – en parodiant son propre personnage dans la saga « Mon beau-père et moi ».

Mariage à l’anglaise, à 20h10 sur Plug RTL - Une étoile

de Dan Mazer (2013)

Soirée Mazer, donc, grâce aux hasards des programmations ! On n’avait pas suffisamment de comédies sentimentales hebdomadaires avec la surabondante production US : ne voilà-t-il pas que les « Rosbifs » s’y collent, non sans embrigader Rose Byrne et Simon Baker, deux natifs de l’autre bout du monde, au sein du Commonwealth. C’est tellement ressemblant qu’on regrette évidemment l’absence d’une véritable identité british, surtout au niveau de l’humour…

 
  • Mick Schumacher, au nom du père

    Mick Schumacher devant le portrait de son illustre paternel: «C’est le plus grand pilote de tous les temps, il est mon idole», dit le jeune compétiteur, arrivé en F1 à 22 ans, comme son père.

    Alors que les fans attendent depuis presque huit années un signe de vie de leur pilote préféré, son fils de 22 ans a pris la relève en Formule 1. Un défi compliqué.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern