Anne Parillaud: «On ne se libère pas de son vécu»

BelgaImage
BelgaImage

Bien sûr, l’avertissement « pure fiction » précède la lecture. Mais que veut nous dire Anne Parillaud ? Qu’elle imagine un couple pris dans la spirale du lien destructeur, Adélie versus Samuel ? Ou que l’inceste dont a été victime son héroïne est aussi le sien ? Son livre semble trancher la question. Parfois trop long, quand la fatigue des scènes horribles saisit le lecteur, il démonte cette lutte sourde d’humiliations suivies de retrouvailles. Abuseur, abusée dans un marais de haine.

Qui sont-ils...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète
Signé duBus
Signé Stéphane Bern