«Iron Man 2»: Scarlett Johansson dénonce l’hypersexualisation de son personnage

«Iron Man 2»: Scarlett Johansson dénonce l’hypersexualisation de son personnage
BelgaImage

Cela fait maintenant dix ans que le film « Ironman 2 » est sorti et en une décennie, la cause du féminisme a fait de grands pas en avant. C’est ce que constate cette semaine Scarlett Johansson quand elle repense à son personnage de l’époque, Natasha Romanoff. Interrogée à ce sujet par le site américain Collider, elle juge que ce rôle était hypersexualisé et tente d’expliquer pourquoi cela a été fait de cette façon à l’époque.

De 2010 à 2020-2021, un changement complet

L’actrice estime notamment que ce personnage, contrairement à d’autres du film, a complètement raté sa cible. C’est notamment le cas dans une scène où Tony Stark rencontre pour la première fois Natasha Romanoff. « Alors qu’(Iron Man 2) était vraiment amusant et avait beaucoup de bons moments, (mon) personnage y est tellement sexualisé, vous voyez ? C’est comme s’il était un morceau de quelque chose, comme une possession, une chose ou quoi que ce soit - comme un morceau de viande, vraiment », déclare-t-elle. « Et à un moment, Tony (Stark) se réfère même à elle comme quelque chose comme ça, quand il dit : ‘J’en veux une’ ».

Scarlett Johansson essaye ensuite de s’expliquer pourquoi les scénaristes l’ont représenté de cette façon-là : « Peut-être qu’à ce moment-là, cela ressemblait en fait à un compliment. Vous voyez ce que je veux dire? Parce que ma façon de penser était différente... Ma propre valeur était probablement mesurée par rapport à ce type de commentaire, [mais] comme beaucoup de jeunes femmes, vous vous épanouissez et vous comprenez alors votre propre valeur ».

Depuis cette époque, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. « Je suis maman et ma vie est différente. Évidemment, dix ans se sont écoulés et des choses se sont passées et j’ai une compréhension bien différente et plus évoluée de moi-même. En tant que femme, je suis à un autre endroit de ma vie », dit-elle. Aujourd’hui, « les jeunes filles reçoivent un message beaucoup plus positif » et « cela a été incroyable de faire partie de ce changement et de pouvoir sortir de l’autre côté ». Elle salue d’ailleurs l’évolution de son rôle de Scarlett Johansson dans le nouveau film « Black Widow », qui sortira début juillet, et qui entérine « l’éloignement du type d’hypersexualisation de (son) personnage ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern