Michel Sardou et ses secrets (in)avouables

L’œil vissé à la caméra, en 1973.
L’œil vissé à la caméra, en 1973. - Isopix

1. Seul au pensionnat

Très jeune, il est envoyé chez une nourrice, qui est aussi garde-barrière, à Kœur-la-Petite, dans la Meuse. Il passe son enfance de pensionnat en pensionnat, ses parents (Jackie et Fernand Sardou) étant constamment en tournée. Il l’avoue lui-même, il n’est pas très bon élève. Il le vit comme un exil. Dans sa dernière biographie, « Je ne suis pas mort, je dors » (chez XO Éditions), il raconte cet éloignement un peu triste qu’il ne comprend pas. Les études et...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète