Conflit armé dans les airs

Parmi les avions qui ont marqué la Deuxième Guerre mondiale, le légendaire Supermarine Spitfire de la Royal Air Force.
Parmi les avions qui ont marqué la Deuxième Guerre mondiale, le légendaire Supermarine Spitfire de la Royal Air Force. - BelgaImage

L’aviation militaire ne date pas du dernier conflit planétaire. Elle prend son envol dès le milieu de la Première Guerre mondiale. On utilise d’abord de petits appareils pour des missions de reconnaissance, puis de bombardement, avant que de véritables chasseurs n’apparaissent, donnant lieu aux premiers combats aériens. L’aviation militaire est employée de manière organisée dès 1916 par les généraux. Elle modifie complètement les stratégies, les tactiques des armées en présence. La supériorité du matériel, tout comme celle de pilotes bien entraînés (comme le fameux Manfred von Richthofen, le « Baron Rouge » allemand aux 80 victoires), devient déterminante. Après cette Première Guerre mondiale, les états-majors investissent massivement dans ces nouvelles techniques. Certains plus que d’autres, comme les forces allemandes et britanniques, qui créent des armées à part entière, la Luftwaffe et la Royal Air Force (RAF).

Dès 1940, l’aviation devient l’arme déterminante. Les Belges l’apprennent immédiatement à leurs dépens. Le 10 mai 1940, le premier acte de l’invasion allemande se déroule à Eben-Emael, en province de Liège. Des planeurs allemands se posent sur le fort enterré et déversent leurs troupes d’assaut. Réputé imprenable, le fort va tomber grâce à cette stratégie d’attaque venue du ciel. La suite du confit va confirmer toute l’importance de l’aviation, d’abord au profit des Allemands. La Luftwaffe ne connaît que des succès jusqu’en juin 1940, en Pologne, dans le nord et l’ouest de l’Europe. Il faut attendre la Bataille d’Angleterre, de juillet 1940 à mai 1941, pour voir les Allemands marquer le pas. Les deux aviations majeures s’opposent, la RAF finissant par porter des coups dissuasifs à la Luftwaffe. C’est la période des bombardements intenses, mais aussi des combats aériens épiques entre les meilleurs chasseurs de l’époque, les Supermarine Spitfire anglais et les Messerschmitt Bf 109 allemands.

Bombardiers

Fin 1941, l’entrée en guerre des États-Unis va donner une autre ampleur à la guerre aérienne. Dès 1942, la stratégie est de frapper sur le territoire allemand, d’abord et surtout par les airs. Les bombardiers lourds anglais et américains (Halifax, Lancaster, B-17 et B-24) passent à l’attaque, cherchant à détruire notamment les usines d’armement de Hitler. Dès 1943, des chasseurs américains à long rayon d’action (P-38, P-47 et P-51) ont pour mission d’escorter ces bombardiers, que les Allemands tentent de détruire tant à l’aller qu’au retour. Les dégâts sont considérables, le bilan humain des deux côtés très lourd (20 % des bombardiers alliés ne sont pas revenus). Et l’Allemagne ne plie pas. Les Alliés vont devoir attaquer au sol.

Ce sont les débarquements de Normandie, en juin 1944, puis de Provence, en août, qui s’organisent. Là aussi, le rôle de l’aviation est important. Elle doit acheminer une partie des troupes (souvenons-nous des valeureux parachutistes en Normandie), couvrir les soldats qui débarquent et bloquer l’arrivée des renforts ennemis vers les zones de débarquement. La Seconde Guerre mondiale a aussi donné lieu à d’intenses combats aériens dans le Pacifique, avec d’autres avions mythiques, comme le Mitsubishi A6M Zero japonais, ou le Vought F4U Corsair américain.

« Soir mag » propose dès cette semaine à ses lecteurs une collection de modèles réduits des avions représentatifs de cette période. Ils sont accompagnés d’un fascicule détaillant leurs caractéristiques techniques, leur évolution lors du conflit, les batailles marquantes auxquelles ils ont participé ou les exploits des pilotes à leurs commandes. L’action démarre ce mercredi avec le Supermarine Spitfire Mk Vb. Suivront les North American P-51B Mustang, Handley Page Halifax B.MK III, Messerschmitt Bf 109F-4, Mitsubishi A6M3 Zero, Vought F4U-1D Corsair, Ilyushin I1-4, Focke-Wulf Fw 190A-8, Republic P-47D Thunderbolt et Mitsubishi G4M Betty .

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?