La grande chevauchée du western (2) : la fin du monopole américain

«Le bon, la brute et le truand», 1966, un sommet du western spaghetti avec Clint Eastwood.
«Le bon, la brute et le truand», 1966, un sommet du western spaghetti avec Clint Eastwood. - BelgaImage

Les Américains ont inventé le western mais celui-ci va pourtant leur échapper à l’aube des années 70. Le genre a vieilli. Il fait moins recette. D’autres thèmes plus contemporains attirent les réalisateurs. Comment se renouveler ? Le salut vient d’Italie, de la Vieille Europe, avec un genre qu’on désignera par un terme passé à la postérité : le western spaghetti.

Un maestro réinvente le genre

Celui-ci a son maestro ; il se nomme Sergio Leone et il va...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète