Florent Oiseau : «Je suis intéressé par les héros ordinaires»

Allary
Allary

Depuis que son voisin est tombé raide mort à l’arrêt de bus Popincourt à Paris, en bas de chez lui, Pierre est obsédé par son destin. Il se demande si c’est la vie qui crée le hasard, ou l’inverse. Il se retrouve alors à errer sur la ligne 69, observant la vie qui l’entoure de manière contemplative. Car, pour Pierre, qui mène une existence oisive, c’est dans les petites choses et l’ennui que se trouve l’extraordinaire. Il porte un regard résolument mélancolique et nostalgique sur la vie, tout en se laissant guider et en savourant tout ce qui se présente à lui....

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète