Amanda Lear a failli quitter la France à cause du Brexit

ISOPIX_25341559-005
Isopix.

En plus de ses nombreuses conséquences sur le plan économique et diplomatique, le Brexit a bien failli priver la France d’un personnage truculent : Amanda Lear. Dans une interview accordée à RTL et dont un extrait a été diffusé en avant-première sur le site de Jean-Marc Morandini, la muse de Salvador Dalí et reine du Disco, explique les bouleversements qu’a engendré le brexit dans son quotidien.

Si l’on ignore précisemment où et en quelle année elle a vu le jour, la star est une citoyenne britannique. Et du jour au lendemain, elle a failli devoir quitter la France pour retrouver la patrie d’Elizabeth II. « Le Brexit a été une catastrophe pour tout le monde. Etant de nationalité britannique, quand j'ai épousé un Français, je n'ai pas jugé nécessaire de me convertir, disons, puisqu'on vivait en France et qu'il y avait l'Union Européenne. Personne n'a besoin de passeport pour aller en Angleterre, en Espagne, en Italie... », confie-t-elle.

« Boris Johnson est en train de couler l’Angleterre »

Elle a rappellé la désarroi de nombreux Britanniques venus couler des jours paisibiles en France : « Et puis, du jour au lendemain, les Anglais disent 'chez nous, c'est fini'. En France, il y a des milliers d'Anglais qui sont installés depuis des années et qui brusquement ont besoin d'un permis de séjour. C'est insensé ! Moi aussi, j'ai dû demander un permis de séjour, qu'on m'a accordé, pour pouvoir rester en France. C'est très compliqué parce que tous ces Anglais sont malheureux ».

Et celle qui n’a jamais sa langue en poche y est aussi allé de son petit commentaire à l’égard de Boris Johnson, le Premier ministre britannique : «  Il est en train de couler l’Angleterre. Il n’y a plus d’essence, chez Marks&Spencer, il n’y a plus de bonbons. C’est dramatique. » Une analyse géopolitique qui n’a pas manqué de faire rire ses interlocuteurs. Prochaine étape, des papiers français ? « La prochaine étape c’est de me réserver une place au cimetière », a répondu du tac au tac l’interprète de « Follow Me » à une assemblée amusée et surprise.

« J’ai eu une carrière merveilleuse, une chance inouïe, j’ai connu des hommes extraordinaires. Je suis très heureuse et si demain ça s’arrête, voilà... Je suis très zen. On dit touhours qu’il faut voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. Non seulement je le vois à moitié plein mais il y a de la place pour ajouter de la vodka ». Une Amanda Lear au top de la forme qui triomphe en ce moment à Paris dans la pièce « Qu’est-il arrivé à Bette Davis et Joan Crawford ? ».