Line Renaud dévoile ses derniers échanges avec Bernard Tapie (vidéo)

BELGAIMAGE-182557627
AFP

Ce mercredi se tenait à Paris une première messe en l’hommage de Bernard Tapie, décédé d’un cancer le 3 octobre. Outre ses proches (son épouse et ses enfants notamment), de nombreuses personnalités avaient fait le déplacement jusqu’à l’église de Saint-Germain-des-Prés pour assister à l’office religieux.

Parmi elles, l’actrice et chanteuse Line Renaud. Amie de Bernard Tapie, elle a confié à la sortie de l’église que la cérémonie avait été « magnifique, forte et digne ». « Et surtout, elle n’était pas triste ! Elle était comme Bernard. Il aimait la vie, il était gai », a-t-elle ajouté au micro de BFMTV.

Elle a aussi confié avoir été régulièrement en contact avec l’ex-homme d’affaires ces derniers temps : « Je l’ai eu au bout du fil presque tous les jours avant sa mort, et il m’a dit ‘Tu sais les soucis, c’est ça qui donne le cancer’. Et je pense qu’il a eu sa part de soucis. Il a eu la vie qu’il a vécue, il l’a voulue, il en est mort et on le regrette beaucoup ». Pour Line Renaud, Bernard Tapie était un homme « exceptionnel », qu’elle aimait « de tout (son) cœur ».

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?