Jacques Pradel raconte: un crime presque parfait!

À 10h45, le 9 septembre 1949, un DC-3 d’une compagnie canadienne, la Canadian Pacific Airlines, qui assure la liaison Montréal-Baie-Comeau, s’écrase en flammes au milieu de la forêt de Sault-au-Cochon, près d’un petit village de pêcheurs situé à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Québec. Les premiers témoins qui ont alerté les autorités racontent qu’ils ont entendu une forte explosion avant le crash. Il n’y a aucun survivant. Les 23 passagers et membres d’équipage qui se trouvaient à bord ont été tués sur le coup. Parmi les victimes, on identifie trois importants patrons de...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète