Nicolas Hulot: que va dévoiler l’enquête d’«Envoyé Spécial»?

BELGAIMAGE-180971709
Belga/AFP

Nicolas Hulot a annoncé mercredi sur BFMTV quitter « définitivement » la vie publique, devançant ainsi d’une journée la diffusion d’un reportage télévisé qui donne la parole à des femmes l’accusant « d’agression sexuelle et même de viol », ce qu’il nie. « Écoeuré », l’ancien ministre français de la Transition écologique s’en est pris à « un système qui est en train de perdre la raison », avec « une justice qui se déplace sur les plateaux de télévision ».

Mais que dévoile ce reportage d’« Envoyé Spécial », que France 2 a décidé de diffuser plus tôt que prévu, soit ce soir ? Bien que France Télévisions ait confié au Parisien que cette enquête était « le secret le mieux gardé » du groupe (personne n’en a vu les images), quelques informations ont déjà été dévoilées.

« Nicolas Hulot : des femmes accusent », réalisé par Virginie Vilar, Antoine Husser, Baptiste Laigle, Sébastien Sega et Bruno Marouina, donnera la parole à quatre ou cinq femmes « blessées par des faits qu’elles dénoncent et qui sont aujourd’hui prescrits », a précisé France 2. La plus ancienne accusation remonte à 1989, lorsque Nicolas Hulot aurait raccompagné une jeune fille mineure à la gare après l’enregistrement d’une émission de France Inter et aurait essayé d’avoir une relation sexuelle avec elle.

La fille d’une ancienne ministre parmi les accusatrices

Sur les ondes de RMC ce jeudi matin, le journaliste Nicolas Pointcaré a détaillé un autre cas dénoncé dans l’enquête. Dans les années 1990, Nicolas Hulot aurait agressé sexuellement dans un taxi une jeune femme qui travaillait pour l’ambassade française à Moscou, là où l’ancien ministre était en tournage pour son émission « Ushuaia ».

Le reporter a également confié que « la fille d’une ancienne ministre en vue du gouvernement Jospin » témoignait aussi dans le reportage de France 2. « Cette jeune femme a raconté avoir eu rendez-vous avec Nicolas Hulot dans un appartement parisien. Il aurait fermé la porte à clef avant de l’agresser. Elle aurait finalement réussi à prendre la fuite, pieds nus », a détaillé Nicolas Pointcaré sur RMC. Ce témoignage a été enregistré par les équipes d’« Envoyé Spécial » il y a trois ans, après que la victime présumée a longuement hésité à le livrer face caméra.

Par contre, la petite-fille de François Mitterrand, Pascale Mitterrand, n’apparaîtra pas dans le documentaire. En 2008, elle avait porté plainte contre Nicolas Hulot pour des faits de viol, ayant apparemment eu lieu en 1997. Cependant, le dossier avait été classé sans suite car il y avait prescription.