Accueil Actu Soirmag

Par amour, un Indien construit une réplique du Taj Mahal comme maison pour sa femme (photos)

Cet Indien a reproduit le Taj Mahal, pour que sa femme puisse y vivre

Temps de lecture: 3 min

Une réplique du Taj Mahal, symbole universel de l’amour éternel, a été érigée par un Indien à Burhanpur, dans le centre de l’Inde, en guise de message d’amour à son épouse mais aussi de paix à son pays.

«  Nous souhaitons envoyer un message de paix et d’harmonie religieuse », a déclaré à l’AFP Anand Prakash Chouksey. «  Il y a beaucoup de haine autour de nous », a-t-il poursuivi, «  L ’amour résout tous les problèmes de la vie et le Taj Mahal en est un symbole ».

« Energie positive »

Ce chef-d’œuvre architectural de l’art indo-islamique, principale attraction touristique du pays, a été bâti à Agra, au XVIIe siècle à l’initiative de l’empereur moghol Shah Jahan pour perpétuer le souvenir de Mumtaz, son épouse favorite décédée.

L’épouse d’Anand Prakash Chouksey, elle, est en revanche bien vivante, et a pu donner son avis sur l’édification du palais, d’un tiers plus petit que le Taj Mahal, situé à 800 km de là. «  Ma femme a seulement demandé une salle de méditation. C’est une femme pieuse », confie-t-il encore. «  Selon elle, le dôme apporte une atmosphère différente et beaucoup d’énergie positive », ajoute-t-il. Sa reproduction aura requis trois ans de travaux, soit seize années de moins que le mausolée qui l’a inspiré.

Selon l’amoureux, cette fantaisie sentimentale lui aura coûté plus de 15 millions de roupies (180.000 euros).

Poème d’amour en marbre

Le Taj Mahal resplendit, à Agra sur la rive de la Yamuna, telle «  une larme pure et solitaire (…) sur la joue du temps », selon les vers du Nobel indien de littérature Rabindranath Tagore, dédiés au monument, véritable poème d’amour en marbre.

«  Nous avons utilisé du marbre de Makrana pour construire la bâtisse », soit le même matériau dans lequel a été conçu le Taj Mahal, a précisé M. Chouskey qui prévoit de fixer le drapeau indien au sommet du dôme principal. Il ne sera totalement satisfait que lorsqu’il aura, pour finir, fait apparaître les symboles des religions les plus populaires de l’Inde sur les minarets qui se dressent aux quatre coins de son palais de Burhanpur.

C’est dans cette même ville que Mumtaz est décédée en donnant la vie à son 14e enfant en juin 1632, après avoir accompagné Shah Jahan venu pour réprimer une révolte locale. La défunte y avait été inhumée quelque temps et, selon les habitants, Shah Jahan avait envisagé de construire le Taj Mahal au bord de la rivière Tapti traversant la ville. « La structure du sol ne permettait pas à l’époque de construire le Taj Mahal ici, c’est ainsi qu’il a été érigé à Agra », où Shah Jahan et Mumtaz reposent côte à côte, a expliqué M. Chouksey.

La vieille cité de Burhanpur abrite les vestiges délabrés du palais où résidaient les membres de la famille impériale, et son magnifique hammam destiné à Mumtaz que l’empereur moghol avait fait bâtir pour qu’elle s’y détendre en beauté.

AFP

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une