Accueil Culture

Bouli Lanners évoque son dernier film, «Nobody has to know»

Et si Bouli Lanners était l’artiste belge le plus romantique de sa génération ? Son dernier film, « Nobody has to know », tourné en Écosse, le laisse penser.

Article réservé aux abonnés
Journaliste Temps de lecture: 4 min

Les sentiments ont toujours occupé une large place dans vos films. Pourquoi dès lors n’aviez-vous jamais écrit d’histoire d’amour avant cela ?

Je n’étais pas prêt. Du moins, je n’avais jamais osé aborder le genre de manière affirmée. C’est un registre difficile. On ne peut pas se louper avec une histoire d’amour. Je n’avais pas envie de passer pour un con (rires). Aujourd’hui, je suis prêt. L’âge, l’expérience, sans doute. De toute façon, je souffre depuis toujours d’un problème d’illégitimité.

D’où vient ce sentiment ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs