Accueil Soirmag Histoire

Le rose, pas que pour les filles

À raconter aux enfants.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

« Le rose, c’est pour les filles ». Voilà une affirmation que l’on entend encore bien souvent. C’est pourtant faux ! Et c’est l’Histoire qui le dit. Pour mieux comprendre, il convient de remonter le temps. Durant l’Antiquité, plusieurs couleurs soutiennent une symbolique forte. Le blanc inspire la pureté, le noir inquiète. Le rouge, lui, évoque tour à tour la richesse, l’amour, la guerre, la colère, le sang, l’enfer ou le feu, soit des concepts et domaines attribués pour la plupart au sexe masculin. Or, le mot « rose », issu du latin « roseus », définit un rouge très pâle, apprécié par la gent masculine jusqu’à la Renaissance.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en Histoire

Nadar, touche-à-tout, bon en tout

Colosse efflanqué, coiffé d’une tignasse couleur de feu, Félix Nadar sévit encore dans les mémoires efficaces comme l’un des plus grands photographes du XIXe siècle.

Voir plus d'articles

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs