Accueil Jacques Pradel raconte

Joseph Vacher, le tueur de bergères (1/2)

Joseph Vacher est le premier tueur en série français, et l’un des pires. La presse l’avait surnommé «le Jack l’éventreur du sud-est».

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 7 min

Nous sommes au milieu de l’année 1893, au 60e Régiment d’infanterie de Besançon. Le sergent Joseph Vacher est tombé fou amoureux d’une jeune bonne plutôt délurée, Louise. Âgée elle aussi de 23 ans, Louise en aime un autre, mais elle se régale d’avoir à sa botte un soupirant aussi naïf que ce Joseph, avec son romantisme paysan qui tente de séduire sa douce en lui chantant maladroitement une complainte pleurnicharde sur son accordéon d’occasion. Loin d’être découragé par les multiples refus de sa belle, Joseph décide, ce jour-là, de se jeter à l’eau : « Louise, veux-tu m’épouser ? » Stupéfaite par cette déclaration grandiloquente, la petite bonne en reste muette quelques secondes puis elle éclate de rire : « T’épouser ? Toi ? Mais tu t’es vu ? Tu as une de ces allures mon pauvre Joseph ! » C’est vrai qu’il a une drôle de dégaine Joseph, avec son costume du dimanche qui tombait si bien à son arrivée au régiment, deux ans plus tôt. Mais depuis, il a grandi. Et le costume est devenu ridiculement court.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en Jacques Pradel raconte

Voir plus d'articles

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs