Accueil Jacques Pradel raconte

Un mort à l’Élysée en 1994

Un proche de François Mitterrand retrouvé mort dans son bureau. Suicide ou crime d’État ?

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 7 min

Palais de l’Élysée, 7 avril 1994, 19h50. Le garde du corps de François de Grossouvre, Daniel Cerdan, s’impatiente. Il est au service du conseiller spécial et ami intime du président Mitterrand depuis 11 ans. Ce soir-là, il doit l’accompagner à un dîner prévu de longue date, mais, comme son patron est en retard, Daniel se décide à aller frapper à la porte de son bureau, au 1er étage de l’aile ouest du « château ». En l’absence de réponse, il finit par entrer et découvre une scène d’horreur : François de Grossouvre est effondré sur son fauteuil, la mâchoire arrachée par une balle de fort calibre. Il y a du sang partout : par terre, sur les murs et même jusqu’au plafond de la petite pièce…

À cette même heure, François Mitterrand revient d’une visite à l’hôpital Cochin, où il a rencontré des malades atteints du sida. Son directeur de cabinet, Pierre Chassigneux, fait irruption dans son bureau pour l’informer personnellement du drame qu’on vient de découvrir…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en Jacques Pradel raconte

Voir plus d'articles

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs