Accueil Actu Soirmag

Le Japon veut utiliser des fusées propulsées aux excréments de vaches

Le moteur fonctionne au carburant de biométhane liquide.

Temps de lecture: 3 min

Le Japon a potentiellement ouvert un nouveau chapitre de son histoire spatiale jeudi, rapporte La Voix du Nord, avec l’essai réussi d’un moteur de fusée alimenté uniquement par une énergie produite localement : de la bouse de vache.

Ce test a vu un moteur propulser horizontalement une flamme bleue et orange d’une dizaine de mètres pendant quelques secondes par la porte ouverte d’un hangar du bourg de Taiki, sur l’île septentrionale de Hokkaido. Le biométhane liquide nécessaire à l’expérience a été fabriqué à partir des «  c ontributions  » des bovins de deux producteurs laitiers locaux, précise Takahiro Inagawa, patron de la société japonaise Interstellar Technologies.

«  Nous faisons cela non seulement parce que c’est bon pour l’environnement, mais aussi parce qu’il peut être produit localement, qu’il est très rentable et que c’est un carburant très performant et d’une grande pureté  », ajoute le patron japonais. «  Nous sommes la première entreprise privée à le faire.  Je ne pense pas qu’il soit exagéré de penser que cela sera reproduit dans le monde entier.  »

900 bovins à l’œuvre

Interstellar espère envoyer des satellites dans l’espace grâce à ce carburant, et s’est associée à la société Air Water, productrice de gaz industriels, qui travaille avec des agriculteurs locaux disposant d’équipements pour transformer la bouse de vache en biogaz.

«  La matière première issue des vaches de cette région a un potentiel énorme. Si la situation internationale devait évoluer, il est important que le Japon dispose d’une telle source d’énergie », selon Tomohiro Nishikawa, un ingénieur du groupe nippon de gaz industriels Air Water. Le biométhane de Air Water est déjà utilisé par une laiterie locale et d’autres usines, pour le chauffage d’habitations et pour alimenter camions et navires dans le cadre de programmes pilotes.

Les 900 bovins de Eiji Mizushita, 58 ans, génèrent à elles seules plus de 40 tonnes quotidiennes de bouse, et ce participant au projet a mis en place un système qui collecte automatiquement les productions de ses bêtes, les fait fermenter et les transforme en biogaz, en fertilisant et même en litière pour ses animaux. «  Je suis heureux de penser que les déchets de nos bêtes servent à faire voler » une fusée, se réjouit l’éleveur.

La fin des déboires spatiaux japonais ? L’agence spatiale japonaise Jaxa a lancé avec succès en septembre sa mission lunaire « Moon Sniper », mais le secteur aérospatial nippon a été en proie à de nombreux problèmes ces dernières années, avec deux missions ratées.

À lire aussi : Le Japon fête le centenaire de Hachiko, le chien qui a attendu son maître 10 ans devant une gare

Le Japon a également connu des déboires avec ses lanceurs, avec les échecs du décollage de la fusée de nouvelle génération H3 ou de la fusée de petite taille Epsilon-6 de la Jaxa.

Retrouvez plus d’actualités sur www.soirmag.be et sur Facebook.

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une