Accueil Jacques Pradel raconte

L’affaire Caryl Chessman, «le bandit à la lumière rouge»

« Le bandit à la lumière rouge » a été exécuté. Mais Caryl Chessman était-il vraiment coupable ? Le doute subsiste.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 6 min

En 1975, à moins de ne pas être encore né ou d’être en vacances sur Mars, vous ne pouviez pas ne pas entendre cet été-là à la radio une chanson que tout le monde fredonnait dans toute l’Europe de l’époque. Son titre ? « So far away from L.A. ». Un immense succès, dont trois vers ont permis à toute une génération de découvrir le nom d’un homme qui fut, dans le monde entier, le symbole du combat pour l’abolition de la peine de mort. Un tube signé Nicolas Peyrac, dont on apprenait alors qu’il se destinait à la médecine. Mais une heureuse bifurcation venait de le faire atterrir dans les hit-parades.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en Jacques Pradel raconte

Voir plus d'articles

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs