Mort de Jeanne Moreau, Brigitte Bardot évoque leur « rivalité »

Reporters
Reporters

A l’annonce de la mort de Jeanne Moreau, Brigitte Bardot s’était fendue d’un tweet d’une rare sobriété: « Jeanne Moreau a été emportée trop tôt par le tourbillon de la vie ». Ce qui ne l’a pas empêchée de pousser la confidence un peu plus loin, à la faveur d’une interview accordée à Paris Match.

« J’ai pris la rage »

Elle a, entre autres, évoqué le tournage de « Viva Maria », film de 1965 dont elles partageaient l’affiche: « Je la trouvais pire que belle, dangereuse. Je comprenais que les hommes en soient fous. Nous étions deux fauves, mais complémentaires. Jusqu'au jour où maman Olga, mon agent de l'époque, est arrivée au Mexique, avec une pile de journaux. Jeanne faisait la une partout ! En français, en allemand, en anglais, en italien, même en japonais. Ce jour-là, j'ai pris la rage. Fini, la nonchalance, la paresse, les refus de photos... J'ai ouvert mes portes et je me suis livrée, insolente, sous tous les angles. J'ai sorti ma guitare, j'ai dansé pieds nus sous les objectifs, j'ai chanté. Les photographes étaient aux anges. » Une relation marquée par la rivalité mais aussi, par une réelle bienveillance: « Aujourd'hui, je garde dans mon coeur le souvenir d'une immense actrice, d'une femme brillante et intelligente. Je ne l'oublierai jamais. Elle a fait partie de ma vie comme de nos vies. » Et de conclure: « Elle était ce que je n'étais pas et j'étais ce qu'elle n'était pas. »

 
  • New York: «Le geste du Roi nous a bouleversés»

    Isopix

    À New York pour le Conseil de sécurité, le Roi des Belges a tenu à saluer la mémoire de toutes les victimes du terrorisme à travers un touchant hommage particulier à Patrice Braut, le Belge décédé dans les attentats du 11 septembre. Une attention qui a bouleversé les parents du jeune homme. Témoignage.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern