Le Saturn Spinner, un hand spinner de luxe créé par des Japonais (photos et vidéo)

BELGAIMAGE
BELGAIMAGE - BELGAIMAGE

Les Japonais sont connus pour être des perfectionnistes, c’est là une de leurs forces dans le « monozukuri » (fabrication d’objets), particulièrement quand il s’agit de composants de précision.

Quand ils ont vu les modèles classiques de « hand spinner » faire un tabac dans les cours de récréation en Europe, aux Etats-Unis ou au Japon, le sang des techniciens de NSK Micro Precision n’a fait qu’un tour. En effet, ils ont tous été persuadés qu’avec les roulements à billes fabriqué par l’entreprise et employés généralement dans des satellites, des disques durs, et maintes autres machines, il était possible de concevoir le nec plus ultra du « hand spinner ».

Roulements à bille made in NSK

L’objet circulaire doré, appelé « Saturn Spinner », rappelant un gouvernail, repose sur « un des roulements à billes de la maison dont la rotation est la plus fluide, un modèle similaire à ceux employés dans des disques durs particuliers », précise le patron de l’entreprise, Toshikazu Ishii.

BELGAIMAGE
BELGAIMAGE - BELGAIMAGE

Pour arriver à une rotation continue excédant 12 minutes, c’est-à-dire deux à quatre fois plus que la plupart des modèles sur le marché, il faut aussi générer et entretenir une force centrifuge importante. Pour augmenter cette dernière, « nous avons ajouté des poids sur la partie extérieure du cercle », explique-t-il.

A l’instar de composants électroniques, les Saturn Spinner sont fabriqués dans une « salle blanche » de l’usine de Fujisawa, lieu aseptisé où les salariés, passés sous des douches d’air chassant la moindre poussière, oeuvrent en tenues blanches, gantés, masqués et coiffés d’un bonnet. Il ne faut surtout pas que le mouvement des roulements soit grippé par une saleté.

BELGAIMAGE
BELGAIMAGE - BELGAIMAGE

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.