Accueil Actu Soirmag

L’émouvant message de Meghan McCain, après la mort de son père

Ancien militaire, il n’a pas hésité à critiquer et défier ouvertement Donald Trump.

Temps de lecture: 3 min

Dans un texte partagé sur Twitter, Meghan McCain, la fille du sénateur John McCain, rend un hommage émouvant à son père, son héros, décédé ce samedi 25 août en Arizona.

« Mon père, le sénateur américain John McCain III est parti ce matin.

J’étais avec mon père à sa fin, comme il était avec moi à mes débuts. Pendant les trente-trois années que nous avons partagées, il m’a élevé, enseigné, corrigé, encouragé et supporté pour tout. Il m’aimait et je l’aimais. Il m’a enseigné comment vivre. Son amour et sa tendresse m’ont porté de la petite fille à la femme et il m’a montré ce qu’était qu’être un homme.

Je le remercie pour tout cela. Maintenant, il n’est plu et la tâche qu’il me reste est de vivre avec son exemple, ses envies et son amour.

La mort de mon père s’accompagne de chagrin et le deuil pour ma mère, mes frères et mes soeurs. Il était un grand feu, brillant de chaleur et nous vivions dans sa chaleur et sa lumière. Nous savons que sa flamme brille dans chacun d’entre nous. Les jours et années qui viennent ne seront pas les mêmes sans mon père - mais il y aura des bons jours, remplis de lumière et d’amour, car il est un exemple qui vit pour nous tous.

Vos prières, pour son âme et notre famille, sont sincèrement appréciées.

Mon père est mort et il me manque comme seule une fille peut manquer son père. Mais dans ma perte et mon chagrin, je peux être heureuse : John McCain, héros de la république et de sa fille, se réveille aujourd’hui dans un endroit plus glorieux que la Terre. Aujourd’hui, le héros commence sa vie glorieuse et éternelle, saluté par ceux parti avant lui, prêt à rencontre le Créateur de toute chose.

« Le rêve est terminé : c’est le matin. » »

Mais plus qu’un héros familial, John McCain était considéré comme un héros national. Fils et petit-fils d’amiraux, il a d’abord été pilote de chasse dans l’armée américaine, parti sur le front de la guerre du Vietnam où il sera fait prisonnier pendant cinq ans. Blessé, torturé, emprisonné, John McCain revient aux Etats-Unis comme un héros et s’engage alors en politique comme un farouche opposant à la torture, n’hésitant pas à dénoncer la CIA lors de la présidence de George W. Bush.

Elu à la Chambre des représentants, puis comme sénateur en 1986, il n’abandonnera jamais son siège jusqu’à son retrait de la vie politique, pour cause de maladie.

Il se présente une première fois aux primaires républicaines en 2000 mais échoue face à George W. Bush. Huit ans plus tard, il se retrouve face à Barack Obama pour la présidence. Candidat malheureux, il reste élu au Sénat.

En 2017, il n’hésite pas à défier Donald Trump, le critiquant pour ses manières et ses idées, le qualifiant de « mal informé et d’impulsif. » Un an plus tard, il recommence, dénonçant la sympathie du président pour Vladimir Poutine.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une