Quel est le profil psy du bon amant ?

Quel est le profil psy du bon amant ?

On le dit d’emblée il n’y a pas de bon amant absolu ou d’amante parfaite ! S’éclater dans l’intimité est avant tout affaire de rencontre entre deux individus, deux corps, deux tempéraments, deux imaginations qui se plaisent et s’accordent. Le même homme ou la même femme peut être le partenaire sexuel de rêve pour l’un et pas pour l’autre.

Cependant il semblerait qu’il y ait un profil psychologique, un ensemble de traits de caractère qui fait que deux personnes transforment leurs nuits en superbes parties de jeux. C’est en tout cas ce que montre l’étude « Exploring the Impact of Personal and Partner Traits on Sexuality » publiée en juillet dernier dans le très sérieux Journal of Sex Research. Les psychologues Julia Velten, Julia Brailovskaia et Jürgen Margraf de l’Université Ruhr-Bochum en Allemagne se sont demandés s’il y avait un lien entre les caractéristiques psychologiques des deux partenaires et leurs comportements sexuels.

De rares études avaient été menées sur le sujet, dont celle de Hans Eysenck datant de plus de quarante ans qui avait conclu que les tempéraments extravertis ou stables émotionnellement ainsi que les personnes ouvertes aux expériences sexuelles avaient une vie intime épanouie mais les chercheurs allemands voulaient aller plus loin et surtout envisager la problématique non pas à partir du profil de l’homme ou de la femme mais des deux partenaires. À raison sans doute, l’amour ne se fait – il pas à deux ?

Pour ce faire, ils ont interrogé pas moins de 964 couples allemands et sondé leurs désirs, excitations, et fonctions sexuelles tout en leur demandant de décrire leur propre profil psy ainsi que celui de leur partenaire. À leur plus grand étonnement, ils se sont alors rendu compte que les personnes consciencieuses, soit celles qui sont aussi efficaces qu’organisées et disciplinées avaient les vies sexuelles les plus épanouies ! Et à y bien regarder, cela n’a rien de surprenant car comme l’explique Julia Velten, « ces personnes sont plus enclines à considérer le sexe comme une responsabilité aussi bien pour soi-même, que le partenaire et la relation. Elles sont donc plus susceptibles de planifier à l’avance le temps consacré au sexe. La plupart des participants à notre étude étaient d’âge moyen et entretenaient des relations de long terme. Pour ces couples, il peut être important de faire du sexe une priorité et non quelque chose qui peut arriver lorsque les deux partenaires sont d’humeur.  »

Et il est vrai que la sexualité est d’autant plus épanouissante qu’on s’y intéresse, qu’on y consacre du temps et qu’on sache ce qu’on aime et ce que l’autre apprécie. Elle n’est pas comme on peut le croire, une chose innée mais un comportement qui s’apprend et se développe en étant à l’écoute de soi et de l’autre et en communiquant. On le sait, communiquer est essentiel à la bonne entente d’un couple et dans le domaine sexuel également. Il faut pouvoir dire à l’autre ce qu’on aime ou n’aime pas, ce qu’on voudrait comme geste, attitude. Il faut aussi aborder ensemble sereinement – et consciensieusement, bien évidemment ! – un problème qu’il s’agisse d’une difficulté érectile, d’une douleur sexuelle, une perte de désir…

Mais retour à l’étude allemande, elle a encore mis en évidence des différences entre les sexes. Pour se sentir bien dans leur vie intime, les femmes se sont révélées plus influencées que les hommes par la personnalité de leur partenaire. Un résultat qui n’est pas plus surprenant que le précédent car depuis des siècles les femmes ont été conditionnées à associer obligatoirement sexe et sentiments…

 
  • Belgaimage

    Quel prince charmant pour Elisabeth?

    Majeure dans deux mois, la future Reine des Belges a encore quelques années devant elle avant de se marier. Qui seraient les prétendants possibles, de son âge, dans les Cours européennes ? « Soir mag » a fait l’exercice.

  • jail (DR)

    Ces femmes fascinées par les grands criminels

    De Landru à Salah Abdeslam, nombre de détenus dangereux reçoivent des lettres d’admiratrices transies. Quelles sont les raisons qui poussent certaines femmes à « consommer » de l’horrible ?

  • Belgaimage

    Le prince Andrew au cœur de l’affaire Epstein

    Le fils d’Elizabeth II connaissait très bien l’abuseur milliardaire, qu’il avait même invité à Balmoral en présence de la Reine !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Signé Stéphane Bern: best of

    Pendant les vacances, nous vous faisons profiter du meilleur de Stéphane Bern, grâce à un best of concocté spécialement pour vous. Cette semaine, (re)découvrez l’annonce de Michelle Obama: elle ne se présentera pas à la Maison-Blanche.