Une série Netflix accusée de banaliser le trafic sexuel (vidéo)

© Belgaimage
© Belgaimage

La nouvelle série télévisée de Netflix Baby est disponible depuis le 30 novembre dernier sur la plateforme. Il aura fallu peu de temps pour qu’elle crée déjà la polémique. En effet, le drame italien en six épisodes est montré du doigt par une asbl américaine.

Accusée de banaliser et « rendre glamour » le trafic sexuel, la série raconte l’histoire de deux jeunes lycéennes qui se familiarisent avec le monde de la prostitution. Un univers dénoncé par l’ONG américaine du Centre national de lutte contre l’exploitation sexuelle : « Le programme présente une bande d’adolescents qui se lancent dans la prostitution, dans une histoire de passage à l’âge adulte rendue glamour ».

« Selon les lois internationales et la loi fédérale des États-Unis, quiconque se retrouve mêlé à des échanges commerciaux sexuels en dessous de 18 ans est considéré comme victime de trafic sexuel », rappelle l’organisme.

Une politique de l’autruche

En janvier, le Centre avait déjà pris soin d’adresser une lettre à Netflix comportant les témoignages de 55 anciennes victimes et d’experts sur le sujet.

« Netflix semble faire la sourde oreille concernant les réalités de l’exploitation sexuelle. Malgré le message de survivantes du trafic sexuel, d’experts sur le sujet et d’acteurs des services sociaux, Netflix promeut le trafic sexuel en insistant pour diffuser ‘Baby’. Clairement, Netflix privilégie les profits au lieu des victimes », dénonce l’ONG qui, depuis, attend toujours une réponse de la plateforme.

Voir la vidéo sur mobile

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Prostitution|Lois et règlements|Adolescent|Services sociaux|États-Unis|Netflix
 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern