Le site de traduction «Reverso» propose des résultats antisémites et racistes

© Capture d’écran site web Reverso
© Capture d’écran site web Reverso

Le site français de traduction Reverso a été mis en cause par une association pour des exemples antisémites, récupérés automatiquement sur internet, et qui devraient être rapidement corrigés, a assuré vendredi la direction du site.

En traduisant le mot anglais « nicer » (plus gentil), Reverso affiche notamment en exemple la phrase suivante: « Hitler était beaucoup plus gentil envers les Juifs qu’ils le méritaient ».

La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) a dénoncé jeudi sur Twitter « des propositions de traductions trempées dans l’antisémitisme », demandant une réaction rapide de Reverso. « On a fait d’autres recherches et on s’est aperçu que ça revenait régulièrement », a déclaré la Licra à l’AFP.

Le PDG du site, Theo Hoffenberg a expliqué à l’AFP que le service « Contexte » du site aidait à la traduction d’une dizaine de langues en s’appuyant sur des textes collectés en ligne, par exemple dans des sous-titres de films et séries. « C’est là qu’on va trouver la langue parlée, idiomatique, avec des expressions familières, dont les utilisateurs sont friands », souligne-t-il. Theo Hoffenberg a promis une correction « dans la journée » pour l’exemple « fâcheux, horrible » cité par la Licra. « On n’a jamais eu d’exemples aussi choquants qui nécessitent une correction aussi rapide », a souligné le patron du site aux 40 collaborateurs et aux 45 millions d’utilisateurs mensuels revendiqués.

La faute aux algorithmes  ?

Les milliards d’exemples de « Contexte », lancé il y a 6 ans, ne sont pas éditorialisés mais gérés par des algorithmes, explique Theo Hoffenberg. Ils repèrent les traductions, corrigent parfois leur orthographe, et les filtrent selon une liste de mots et d’expressions problématiques établis par des linguistes. La base de traduction est mise à jour régulièrement avec de nouvelles listes de mots et s’appuie pour ses corrections surtout sur les indications d’utilisateurs, « quelques milliers par mois », selon le responsable.

Le site Pixels du journal Le Monde a pourtant remarqué que le problème se posait avec d’autres expressions comme « les Noirs », qui après traduction en anglais donne « quand les Noirs emménagent le taux de criminalité augmente » ou « la plupart des animaux détestent les Noirs ».

Ou encore avec les mots « women should » qui donnent des résultats comme « les femmes devraient être frappées comme des gongs », une citation du dramaturge britannique Noel Coward qui apparaissait encore vendredi à la mi-journée, a constaté l’AFP.

En traduisant « juif » en italien, on trouve par ailleurs l’extrait: « Nous frapperons aux portes des mosquées avec les crânes des juifs ». En traduisant « musulman » en allemand, on trouve la phrase: « un bon musulman la ferme toujours ».

Le PDG de Reverso a promis une « révision complète des termes à risque ».

La Licra avait été alertée par un internaute dont le fils avait fait une recherche dans le cadre de ses devoirs, tombant sur ces traductions choquantes. L’association, « convaincue de la bonne foi de l’éditeur », a toutefois indiqué vendredi ne pas avoir l’intention de saisir la justice, « car il n’y a pas l’intention d’inciter à la haine en ciblant un groupe précis ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern