La cinéaste Agnès Varda est décédée à l’âge de 90 ans: retour sur ses plus grands films (vidéos)

AFP
AFP

C’était l’icône féminine de la Nouvelle Vague. Agnès Varda, réalisatrice de notamment Sans toit ni loi et de Visages, villages s’est éteinte à l’âge de 90 ans, annonce sa famille ce vendredi matin. La réalisatrice française était l’une des rares de la Nouvelle Vague du cinéma français. À la berlinale en février en avoué qu’elle « ralentissait » et qu’elle se « préparait à dire au revoir ». Voici quelques-uns de ses plus grands films.

Sans toit ni loi (1985)

Le film a reçu le Lion d’or à la Mostra de Venise. Un matin d’hiver, une jeune vagabonde est découverte morte de froid dans un fossé. Qui était-elle ? Son passé se reconstitue au fil des témoignages de gens qui ont croisé sa route. Elle s’appelait Mona. Pour vivre sa liberté, elle avait tout quitté. Elle s’était retrouvée seule, démunie. La caméra scrute son errance et ses brèves rencontres : garagistes, routards ou routiers à l’affût de filles seules, mais aussi David, Mme Landier ou Assoun.

Cléo de 5 à 7 (1962)

En attente du résultat d’un examen médical, une jeune chanteuse devient obsédée par l’idée de la mort.

Jacquot de Nantes (1991)

En 1939, Jacquot a 8 ans. Élevé dans un garage où tout le monde aime chanter, il s’intéresse aux marionnettes et aux opérettes. Puis il veut faire du cinéma, mais son père lui fait étudier la mécanique. Les souvenirs de Jacques Demy ; ceux d’une enfance heureuse, malgré la guerre.

Les Glaneurs et la Glaneuse (2000)

Partout en France, Agnès Varda a rencontré des glaneurs et glaneuses, récupérateurs, ramasseurs et travailleurs. Par nécessité, hasard ou choix, ils sont en contact avec les restes des autres. Leur univers est surprenant.

Les Plages d’Agnès (2009)

Il a reçu le césar du meilleur film documentaire. Agnès Varda remonte le fleuve du temps en barque à voile (et se revoit en ado), refait (à reculons au sens propre comme au figuré) le parcours de ses « 80 balais et balayettes » offerts par son voisinage lors de son anniversaire en mai 2008 (ustensiles en crin et autres matières, d’une diversité équivalant à celle de ses œuvres).

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern