Maltraité durant toute son enfance, Shia LeBoeuf endosse le rôle de son propre père dans son nouveau film (photo et vidéo)

«
Honey Boy
»
« Honey Boy » - PhotoNews

C’est en 2017 que Shia LeBoeuf a l’idée d’écrire un film sur son histoire. Celle d’un petit garçon battu par son père. À l’époque, l’acteur est en cure de désintoxication après avoir été arrêté. Il a pour consigne d’expliquer la raison de ses colères, la raison pour laquelle il ne peut s’empêcher de boire et de se droguer.

L’exercice n’est pas facile et Shia LeBoeuf trouve refuge dans l’écriture. Ses confidences prennent forme, page après page, et deviennent petit à petit le scénario d’un film. « Honey Boy » sera présenté ce jeudi à Toronto et raconte la vie qu’ont menée Shia LeBoeuf, sa mère et surtout son père, Jeffrey, qui a terni son enfance. Le long-métrage explique également la façon dont Shia LeBoeuf a su se dépasser pour se construire une carrière.

Comme le souligne 7 sur 7, Shia LeBoeuf est méconnaissable dans ce film. En incarnant le rôle de son père, Jeffrey LeBoeuf, Shia se transforme en un vétéran de la guerre du Vietnam. Un homme traumatisé par les combats qui ne parvient à oublier ce qu’il y a vu qu’en prenant de l’héroïne et en buvant de l’alcool. Sa femme et son fils en font les frais et sont régulièrement battus.

Ce rôle est sans doute le plus difficile que Shia aura à jouer au cours de sa carrière.

«
Honey Boy
»
« Honey Boy » - PhotoNews

Un témoignage poignant

Alors que Shia n’avait que 3 ans, Jeffrey pointe une arme sur son front et le menace de mort.

Malheureusement pour le petit garçon qu’il était à l’époque, cet épisode effrayant est le premier d’une longue série. À 9 ans, Shia voit sa mère se faire agresser sexuellement sans qu’il ne puisse rien faire pour l’aider : « J'étais sur pause. L’homme s’est enfui et ma mère lui a couru après. Il n’a jamais été retrouvé », déclarait-il l’an dernier.

Choqué et profondément déçu de ne pas avoir su défendre sa mère, Shia souffrira longtemps d’un stress post-traumatique, comme son père en son temps : « La première fois que j’ai été arrêté, c’était la même chose. Un mec est rentré dans la voiture de ma mère et j’ai pensé: Tu dois la venger. Alors je l’ai poursuivi avec un couteau », confiait-il.

Alors que ses parents sont divorcés, Shia continue de voir son père. Celui-ci est pourtant loin d’être une bonne fréquentation pour lui. Jeffrey est fiché comme agresseur sexuel pour une tentative de viol sur mineur d’âge dans les années 80. Au début des années 2000, rappelle 7 sur 7, une actrice l’accuse de harcèlement sexuel. À l’âge de 10 ans, Shia Leboeuf fume son premier joint aux côtés de son père.

Plus tard, Jeffrey lève la main sur un cadre de chez Disney après que celui-ci ait serré Shia dans les bras pour le féliciter. La raison ? Jeffrey est homophobe et ne supporte pas qu’un homosexuel enlace son enfant.

Shia et Jeffrey ont repris contact

L’acteur dit de son père qu’il est son « moteur » : « Tout ce que j’ai fait dans ma vie est de près ou de loin lié à ma relation avec mon père ». Ce film leur permet de reprendre contact alors qu’ils ne s’adressaient plus la parole depuis environ 7 ans. « C’est étrange de transformer sa douleur en produit. C’était très égoïste comme démarche à la base. Je ne me suis jamais dit que j’allais aider des gens. Ce n’était pas mon but. J’étais juste au fond du trou », assure-t-il.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern