Gérald Thomassin: disparition troublante de l’acteur césarisé et suspecté d’homicide

Dans cet article
Gérald Thomassin dans «
Le Premier Venu
» de Jacques Doillon en 2008.
Gérald Thomassin dans « Le Premier Venu » de Jacques Doillon en 2008. - BelgaImage

La dernière fois que Gérald Thomassin a donné de ses nouvelles, c’était le 28 août dernier. Ce jour-là, il prend le train pour rallier Lyon. C’est dans cette ville française qu’il est attendu : un rendez-vous de la plus haute importance pour l’acteur français de 45 ans qui doit rencontrer le juge d’instruction en charge de l’affaire criminelle qui hante sa vie depuis six ans maintenant. Suspecté dans ce sordide fait divers, Gérald Thomassin ne s’est pas présenté à cet entretien judiciaire.

Suspect numéro un

Depuis, l’homme est absolument introuvable. Si son frère a bien essayé de la contacter sur son téléphone portable, il est tombé sur son répondeur. Cette disparition a le don d’inquiéter ses proches tout comme ses avocats – membres du cabinet Dupond-Moretti – qui ont signalé sa disparition auprès de la police de Rochefort il y a une semaine de cela. D’autant que le frère de l’acteur, Jérôme Thomassin, assure auprès de RTL que l’acteur attendait cette confrontation avec impatience puisqu’elle était susceptible de l’innocenter définitivement dans cette affaire.

Une affaire qui remonte à l’année 2013. Catherine Burgod, employée de La Poste, est lardée de 28 coups de couteau dans son bureau de Montréal-la-Cluse. Elle a 41 ans et est enceinte de cinq mois. Dans la foulée, Gérald Thomassin devient le suspect numéro un de ce fait divers. Il est incarcéré, mis en examen pour vol avec arme et homicide sur une personne chargée d’une mission publique. Après trois ans de détention provisoire, il est libéré en juin 2016 puisque la justice ne l’a jamais jugé.

Confrontation rêvée et rendez-vous manqué

Toujours suspect aujourd’hui dans cette sombre affaire, il n’est plus seul. Nouveaux rebondissements en 2017 et 2018. Deux nouveaux suspects sont identifiés par les enquêteurs. L’ADN de l’un d’eux a par ailleurs été retrouvé sur les lieux du crime. Ce sont ces deux hommes que Gérald Thomassin devait rencontrer ce 29 août dernier. Mais l’acteur ne s’y est jamais présenté, comme le notait alors Le Progrès. Une confrontation qui aurait pu révéler de nouveaux détails et pourquoi pas mettre hors de cause celui qui, depuis six ans, clame son innocence.

Alors, mauvaise rencontre ? Fuite loin d’être préméditée ? Disparition programmée ? Accident ? Impossible de retenir une thèse au sujet de la disparition soudaine de Gérald Thomassin, qui n’a plus donné signe de vie depuis une vingtaine de jours maintenant. La police est sur le coup. Le frère de l’acteur, lui, se fait un sang d’encre et demande aux forces de l’ordre de lancer de vraies et sérieuses recherches pour le retrouver.

Gérald Thomassin, sa carrière d’acteur en quelques événements marquants

Sa notoriété, Gérald Thomassin la doit notamment à Jacques Doillon. C’est lui qui le fait jouer dans « Le Petit Criminel », film du début des années 90 pour lequel l’acteur décroche, alors qu’il n’a que 16 ans, le César du meilleur jeune espoir masculin. Un rôle qu’il aurait pu ne jamais décrocher. En effet, en 1990, l’adolescent est repéré lorsque des castings sont organisés dans les foyers de la DDASS, la direction départementale des Affaires sanitaires et sociales.

S’ensuivent quelques sombres années pour l’acteur. En 2000, il retrouve le chemin du succès cinématographique dans « Paria », film de Nicolas Kloz. Le réalisateur le décrit par ailleurs comme « l'un des plus grands acteurs du cinéma français, qui ne l'utilise pas assez ». En 2008, il jouera à nouveau pour Jacques Doillon dans « Le Premier Venu ». Sa carrière au cinéma, minée par ses excès, prendra un coup d’arrêt probablement définitif au moment du fait divers qui a bouleversé sa vie en 2013. Et pour lequel une fin judiciaire n’a toujours pas été trouvée.

 
  • Il y a 80 ans: la Belgique occupée

    Les soldats de la Wehrmacht hissent le drapeau nazi sur le toit du château royal de Laeken.

    Après la campagne des 18 jours, notre pays est envahi par l’armée allemande. D’abord effrayée, la population se fait peu à peu à l’idée d’intégrer un Reich censé durer 1.000 ans... Et ne manquez pas la suite de notre série : le 7 octobre, la Résistance. Le 15 octobre, la Collaboration.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern