Pascal Légitimus, des Inconnus, s'excuse après avoir comparé pédophilie et homosexualité

Capture d’écran
Capture d’écran

Ce vendredi 15 novembre, Pascal Légitimus était invité sur le plateau des « Grandes Gueules ». Au cours de l’émission sur RMC, l’humoriste a été invité à donner son avis sur les accusations d’agressions sexuelles à l’encontre du réalisateur Roman Polanski et sur le fait de dissocier ou pas l’œuvre de son artiste. S’il a d’abord affirmé qu’il n’en pensait « rien », il a ensuite raconté qu’il avait été « invité à dîner il y a très longtemps » par le scénariste, « un homme vraiment charmant au premier abord ».

Interrogé plus particulièrement sur la controverse autour du dernier film de Polanski, « J’accuse », l’humoriste des Inconnus a déclaré : « A ce moment-là, on ne pourrait pas lire du Sade, Voltaire était raciste... À un moment donné, on ne peut plus rien faire. Moi je pense qu’il faut dissocier: il y a l’artiste et l’homme et ça c’est très important ». Suite aux réactions indignées de la part des internautes sur les réseaux sociaux, Pascal Légitimus a tenté de se justifier … mais il n’a fait qu’empirer les choses. « Attention les amis, rectification sur Twitter. (...) Voltaire était raciste, Sade pervers, Céline vous savez, Jean Genet et Cocteau, Trenet homosexuels et pourtant vous appréciez leurs œuvres. Donc vous savez tous et toutes dissocier l’œuvre de son auteur », a-t-il écrit dans une publication supprimée depuis.

Plus que ses propos sur RMC, c’est cette rectification maladroite qui a suscité la colère des internautes, accusant le comédien de mettre au même niveau la pédophilie et le racisme, actes punis par la loi, et l’homosexualité. Face à ce déferlement de commentaire, Pascal Légitimus a présenté ses excuses pour « ses propos flous ». « Je me suis mal exprimé. Sous le coup de l’émotion, car ayant apprécié ses œuvres auparavant, avant de connaître les détails de toute cette affaire. Je m’excuse auprès de vous et de la communauté LGBTQ+ pour mes propos flous. Je ne cautionne en rien, évidemment, les faits et gestes de RP. Sans rancune », a-t-il écrit ce samedi.

 
  • Bastogne 1944: le terrible Noël

    I-Open_CobraKing_USARMY

    Le char du first-lieutenant Boggess est le premier à avoir brisé l’encerclement de Bastogne, rejoignant, le 26 décembre 1944, les troupes américaines assiégées. Retour sur un exploit autant militaire qu’humain.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern