L’explorateur Mike Horn, en grande difficulté dans l’Arctique, donne de ses nouvelles: «La fin est proche»

Capture d’écran - Facebook
Capture d’écran - Facebook

Traverser l’océan Arctique sur des skis de randonnée. C’est le défi que s’est lancé l’aventurier Mike Horn. Dans cette entreprise périlleuse, l’explorateur sud-africain est accompagné par un collègue norvégien, Borge Ousland. Parti il y a deux mois maintenant, le duo s’est retrouvé, la semaine dernière, en très grande difficulté. Mais ce lundi 25 novembre, Mike Horn a publié un message rassurant sur son compte Facebook. Il faut dire que les dernières informations parvenues n’étaient pas spécialement de bon augure pour la suite.

La faute à des conditions climatiques extrêmes et à une glace fragilisée : Mike Horn était même tombé dans l’eau. Les deux hommes avaient alors posté des photos sur les réseaux sociaux où on les voit physiquement touchés. Le Sud-Africain, célèbre pour certaines émissions d’aventures diffusées à la télévision, souffrait de gelures aux doigts, et au nez ainsi que d’une perte de sensibilité à cause d’un froid qui tombe jusqu’à moins 45 degrés.

« J’ai eu des journées plus faciles »

Ce week-end, les filles de l’aventurier ont alerté les médias et informé qu’un plan d’urgence pourrait être déclenché si la situation des deux hommes ne s’améliore pas. D’autant plus que leur stock de nourriture diminue à vitesse grand V. Pour conclure leur périple, le duo doit encore parcourir quelque 500 kilomètres. Et ils refusent d’être secourus.

Ce lundi 25 novembre, Mike Horn a donc publié un long message sur son compte Facebook dans lequel il tente de se montrer rassurant : « C’est sûr que j’ai eu des week-ends plus faciles dans ma vie d’explorateur. Après les obstacles et les difficultés sans fin de la semaine dernière, Borge Ousland et moi-même sommes reconnaissants de commencer la nouvelle semaine avec un nouvel état d’esprit. Aujourd’hui, malgré nos plaies (comme on peut le voir sur la photo), nous nous sentons fatigués mais inarrêtables… Nous savons que la fin est proche, nous devons maintenant rassembler la force qui nous reste et nous battre pour y parvenir ».

« Un monde hostile »

Le duo a tenté de reprendre son expédition ce lundi mais les deux hommes ont dû faire face à une « massive tempête ». Une aubaine, finalement, pour reprendre des forces. Et puis la bonne nouvelle dans tout ça, c’est que le vent leur est maintenant favorable : « Cette nouvelle positive nous a certainement donné un regain d’énergie. Nous reprenons confiance : nous pourrons peut-être bien terminer cette expédition comme c’était prévu initialement ». Il remercie ensuite tous les messages de soutien que lui font parvenir ses deux filles.

Puis il évoque « le monde hostile » qu’il traverse : « Les conditions constamment instables ont clairement montré que nous ne sommes pas les bienvenus ici. D’une manière tordue, je me demande si la nature nous a pris à partie à cause de la manière dont nous, êtres humains, avons traité et respecté notre planète… Une chose est sûre : quelque chose ne tourne pas rond ». En 1984 et 2018, des satellites de la Nasa montrent le spectaculaire rétrécissement de la banquise. Sa surface minimale a été divisée par deux. L’épaisseur de la glace, elle, a diminué de 40 %. Mike Horn, lui, l’écrit noir sur écran : « Nous sommes ici pour nous battre jusqu’au bout ».

 
  • Bastogne 1944: le terrible Noël

    I-Open_CobraKing_USARMY

    Le char du first-lieutenant Boggess est le premier à avoir brisé l’encerclement de Bastogne, rejoignant, le 26 décembre 1944, les troupes américaines assiégées. Retour sur un exploit autant militaire qu’humain.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern