Renaud, de retour avec un nouvel album, confie avoir «de plus en plus dur à chanter»

BelgaImage
BelgaImage

Renaud est de retour dans les médias. Dans le cadre de la promotion de son album qui a pour thème l’enfance et qui a pour titre « Les Mômes et les enfants d’abord », le chanteur français a accordé une interview au Figaro. Le 17e album de Renaud sort ce vendredi 29 novembre et le journaliste du quotidien hexagonal a pu en discuter avec le principal intéressé.

« Je n’aime pas chanter »

Et Olivier Nuc commence ainsi pour décrire l’artiste qu’il a en face de lui : « Diminué, voûté mais d’une lucidité totale, l’homme sirote des boissons sans alcool en enchaînant les cigarettes dont l’abus lui a donné une voix caverneuse ». La description est peu flatteuse. Et les confessions de Renaud, elles, peuvent surprendre.

Au cours de l’interview, on apprend ainsi que l’interprète de « Mistral gagnant » a de plus en plus de mal à faire ce qui fait le sel de son métier : chanter. « Je n’avais pas envie de chanter », confie-t-il. « Je n’aime pas ça », pose Renaud à la surprise générale. Avant de développer quelque peu :

« Être sur scène, ça va, mais chanter, c’est de plus en plus dur. J’ai un peu aimé ça à une époque, mais j’en suis revenu ».

L’alcool, c’est fini

Renaud n’est pas resté uniquement sur le ton de la confidence. Il a aussi parlé du contenu d’un album qui lui a demandé de s’impliquer physiquement et qui, selon le journaliste du Figaro, le voit revenir sur le devant de la scène en « sale gosse ». « Grincheux, même ! », lance Renaud. « L’enfant que j’étais est toujours présent mais il s’éloigne un peu plus chaque année. Mon côté sale gosse doit toucher. Mon insolence, mes fautes de syntaxe volontaires aussi, c’est pour ça que j’ai écrit la chanson Les Animals ».

Si l’enfance de Renaud s’éloigne, c’est en partie à cause du temps qui passe mais aussi à cause des démons avec lesquels il a dû composer sa vie et qui le tiennent à distance de l’innocence. Néanmoins, Renaud va mieux. S’il est apparu « voûté » ou « diminué » pour le journaliste du Figaro, il a récemment déclaré dans une interview qu’il était « en pleine forme », après avoir « arrêté l’alcool depuis plus de dix mois ». Une fameuse « victoire sur la vie ».

 
  • Bastogne 1944: le terrible Noël

    I-Open_CobraKing_USARMY

    Le char du first-lieutenant Boggess est le premier à avoir brisé l’encerclement de Bastogne, rejoignant, le 26 décembre 1944, les troupes américaines assiégées. Retour sur un exploit autant militaire qu’humain.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern