La chronique d’Anne Roumanoff a énormément fait rire Carla Bruni-Sarkozy

La chronique d’Anne Roumanoff a énormément fait rire Carla Bruni-Sarkozy
Belga Image

Dans « La Folle Histoire d’Anne Roumanoff », un documentaire au sujet de l’humoriste française, on se souvient de la rencontre entre l’humoriste et l’ex-première dame, Carla Bruni-Sarkozy, en 2009.

À l’époque, Carla Bruni-Sarkozy était invitée sur le plateau de « Vivement Dimanche ». Une invitation que beaucoup craignaient… et pour cause : Anne Roumanoff présentait en ce temps-là de petites chroniques à travers lesquelles aucun politicien n’était épargné. Pas même (encore moins) le président de l’époque, Nicolas Sarkozy… époux de Carla Bruni : « Anne Roumanoff était devenue la plus politique, acide, de l’ère Sarkozy », évoque-t-on dans le documentaire diffusé le 30 novembre dernier sur C8.

L’équipe de l’ex-mannequin tente alors de faire annuler la chronique de l’humoriste, intitulée « Radio Bistro » pour l’occasion.

Pourtant, comme le relate le magazine Gala, les deux femmes étaient loin de ne pas s’entendre : « Nous avons laissé Anne réciter la fable Le Coq et le Pigeon, dans laquelle elle écorchait Sarkozy, Hollande et aussi Fillon. Carla Bruni a tellement ri qu’elle lui a demandé de lui offrir le texte », raconte Michel Drucker.

Une réaction étonnante, donc. Voici le texte dont il était question dans l’émission :

« Le coq, le pigeon et la brebis

Un petit coq prénommé Nicolas sur une basse-cour régnait.

Mais il était contesté,

Beaucoup d’animaux voraces

Rêvaient pourtant de prendre sa place.

À gauche, la vache Martine et la pintade Ségolène,

Crurent un temps pouvoir devenir reine

Mais ce fut le pigeon François qui leur fit la nique,

Aidé, malgré lui, par le cochon Dominique

Qui manqua d’aller à l’abattoir

Pour avoir culbuté une grande poule noire… »

 
  • Bastogne 1944: le terrible Noël

    I-Open_CobraKing_USARMY

    Le char du first-lieutenant Boggess est le premier à avoir brisé l’encerclement de Bastogne, rejoignant, le 26 décembre 1944, les troupes américaines assiégées. Retour sur un exploit autant militaire qu’humain.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern